article comment count is: 1

Daniella ou la chronologie d’un mariage voué à l’échec

Parfois visibles parfois invisibles, les violences domestiques que subissent les femmes les touchent dans leur corps, dans leur cœur et dans leur amour. Le désarroi ou le désespoir dans lequel ce fléau les plonge est tel qu’on ne peut plus se taire. Cette bloggeuse nous raconte les péripéties cauchemardesques d’une femme ayant subi la cruauté de son mari. Un cri du cœur pour toutes les femmes du monde.

2008 : l’insouciance 

Daniella est une jeune femme pleine de vie. Élevée par sa mère seule, l’orpheline de 1993 a su garder la tête haute. D’ailleurs, sa mère est un bon exemple pour elle. Devenue veuve en octobre 1993 à cause de la crise socio-politique que le pays traversait, la maman de Daniella est devenue une vraie battante, une lionne qui rugit à chaque fois qu’un danger guette ses six filles qu’elle doit nourrir, éduquer et protéger. Au grand bonheur de sa maman et de toute la famille, ni la crise financière, ni la crise politique ou encore la crise d’adolescence n’a réussi à voler à Daniella sa joie de vivre. Une de ses amies se rappelle : « Je me souviens quand elle venait chez nous et nous tirait de notre sieste avec des bisous et un éclat de rire inégalable. Nous ne pouvions pas résister à ses histoires drôles et ses taquineries ». 

2009 : le mariage

Daniella travaille dans une ONG locale comme secrétaire. Elle nous achète des beignets et des jus. (Mal) heureusement, elle nous annonce qu’elle va se marier bientôt. Nous sommes jaloux mais nous nous laissons persuader. Pour son bonheur on accepte sa décision.Son fiancé, un jeune homme de teint noir, d’apparence sage et très réservé nous rend parfois visite. On le trouve bon et beau. On le juge bien éduqué après avoir constaté le comportement qu’il a manifesté devant la maman de Daniella. On la croit dans de bonnes mains. On lui souhaite tous les vœux de bonheur. La nostalgie de l’amie citée plus haut la submerge : « Je me souviens avoir pleuré le jour de son mariage, d’ailleurs je n’étais pas la seule. Tous les gens du quartier aimaient Daniella ». 

2015 : souffrir en silence, telle une vraie « umupfasoni »

Daniella n’a pas encore eu d’enfant, on va chez elle régulièrement comme on le faisait d’habitude. Si on la regarde attentivement, on remarque un changement dans le regard de notre amie. Daniella n’est plus heureuse comme avant. Elle ne nous gâte plus. « Mais elle ne travaille plus, donc elle n’a pas d’argent », pensent certaines amies. Tonton Dave n’est pas à la maison. Une de amies propose d’attendre qu’il rentre : « Ça fait longtemps qu’on ne l’a pas vu et il me manque ». « Non, il faut rentrer », réplique Daniella fermement mais doucement. « Je lui dirai de passer chez vous »

2016 : Tantine Dannie est enfin maman

Quand l’amie Danielle a appris la nouvelle, elle a sauté de joie. La grande fille qu’elle est devenue lui a permis de comprendre le changement de comportement de Daniella. « Elle va retrouver sa joie. Peut-être qu’elle se sentait mal à l’aise à cause de la grossesse », se disait-elle. Il est aimable le petit joufflu. Tonton Dave est de plus en plus absent. Et quand il est fait mention de son nom dans la conversation, Daniella devient de plus en plus triste. 

2018 : retour à la case départ

Daniella va avoir son deuxième enfant. Elle est revenue chez sa mère. Sa maman étant infirmière, elle vient peut-être pour qu’elle l’aide. Sauf qu’elle va y passer trois mois. Et pendant tout ce temps, Dave n’est venu la voir que deux fois. 

2021 : Elle a enfin levé les voiles

Actuellement, Daniella va bientôt totaliser un mois chez sa maman. Au début du mois de mars, elle a fait ses valises et s’est installée définitivement chez sa mère. C’est là où tout a été étalé sur la place publique car certains membres de sa famille insistaient pour qu’elle retourne chez son mari.

Depuis qu’elle était mariée, la vie ne lui a pas souri, c’est le moins que l’on puisse dire. Après son mariage, Dave lui a vite intimé l’ordre de démissionner et de quitter son boulot. La raison est que son mari ne voulait pas manger la nourriture préparée par une autre personne que sa femme. En outre, il était convaincu que le travail de secrétaire la prédisposait aux dangers de l’infidélité. 

Les six ans qu’ils ont passés à essayer de faire des enfants ont conduit Daniella en enfer sur terre. « Intavyara yaje guhonya umuryango » était le refrain d’une chanson qu’elle devait écouter quotidiennement. Dave qui était un sage « mukizwa » (chrétien born again, Ndlr) est devenu un soulard qui rentre tous les jours à deux heures du matin. Faut-il encore préciser que sa femme devait l’attendre au salon, sinon c’était de moqueries du genre : « Waryama ni umwana uryamitse nk’abandi bavyeyi ? » (Tu dors tôt parce que tu dois bercer un bébé comme les autres parents ?). Et les gifles pleuvaient. Nombreux sont les jours où elle dormait le ventre creux car,  « intavyara yirirwa yicaye aho, ntaco imaze » (une femme qui ne met pas au monde ne vaut rien), selon Dave. 

La dernière goutte qui a fait déborder le vase

 Quand elle a appris qu’elle était enceinte de son premier enfant, Daniella était folle de joie. Peut-être que son chemin de croix allait prendre fin bientôt. Sauf que Dave ne manquera pas de la maltraiter et de la battre même après avoir mis au monde. À sa deuxième grossesse, Daniella est diagnostiquée diabétique. C’est pour cela qu’elle a préféré revenir chez sa mère. Dave venait de battre Daniella devant une foule de gens du quartier et a blessé son deuxième enfant au niveau de l’œil. C’est la dernière goutte qui a fait déborder le vase. Elle a enfin décidé de quitter son monstre de mari. 

L’histoire de Daniella est triste. Malheureusement, ce n’est pas un cas isolé. Des milliers et des milliers de femmes subissent en silence des violences de toutes sortes dans leurs foyers. Au lendemain du mois de mars dédié aux droits de la femme, nos pensées particulières vont à l’endroit de celles qui continuent de souffrir le martyre dans leur ménage. Osez partir, osez dire non, comme Daniella ! 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)