article comment count is: 0

Utilisation du préservatif : 4 erreurs à éviter pour ne pas tout faire « capoter »

Le préservatif reste le meilleur moyen pour se protéger du VIH/SIDA et des IST. Et il est utilisé au Burundi, car au moins 4 500 000 préservatifs sont vendus par an. Si le préservatif est un bon bouclier pour protéger sa santé, certaines précautions doivent être prises pour éviter de tout faire « foirer ».

« Au cours du rapport sexuel avec mon petit ami, le préservatif a craqué et s’est déchiré. C’est pourquoi je viens me faire dépister le VIH et demander la pilule du lendemain ». Elle, c’est Joselyne (pseudo), 22 ans, rencontrée au centre de santé amis des jeunes de Kwibuka, à Gitega.

Ce qui est arrivé à Joselyne n’est pas un cas isolé. De l’avis du Dr  Ndorukwigira Arnaud, avec quelques erreurs lors de l’utilisation du préservatif, ce dernier peut glisser ou craquer. Or, cela peut exposer aux maladies sexuellement transmissibles, au VIH, voire même aux grossesses non désirées. Alors que le taux d’efficacité du préservatif masculin est de 98 % s’il est bien utilisé, il est de 15 % s’il est mal utilisé. Quelles sont alors les précautions à prendre ?

Choisir la bonne taille

Le préservatif est comme une chaussure. Le mieux est de te connaître pour savoir le numéro qui te va bien. Si le préservatif est trop serré, il risque de se déchirer. S’il est trop large, il peut glisser pendant le rapport sexuel. Toutes ces deux situations peuvent laisser échapper le sperme, mais aussi exposer aux IST et au VIH. Alors, assure-toi de trouver le bon numéro.

Vérifier la date de péremption

Comme tout produit de consommation, le préservatif a une date de péremption. Elle est souvent inscrite sur l’enveloppe de protection. Avant l’utilisation, n’oublie jamais de vérifier cette date. Un préservatif périmé est plus fragile. Il perd sa flexibilité et sa résistance, et peut donc se déchirer facilement au cours de l’acte sexuel.

Presser l’extrémité

Une fois le préservatif enfilé, il faut presser le réservoir à l’extrémité afin de faire échapper l’air. Si vous laissez l’air prisonnier, dès que le sexe appuie sur le bout du réservoir, il se passe la même chose que si vous appuyez de toutes vos forces sur un ballon de baudruche gonflé : il éclate et se déchire.

Éviter le retrait  tardif

C’est fort déconseillé de continuer l’acte sexuel avec un préservatif, après l’éjaculation. De un, le pénis se dégonfle, et le sperme risque de s’échapper. De deux, le préservatif peut se retrouver coincé dans le sexe de l’autre partenaire. Très important encore: évitez le stealthing qui consiste à retirer son préservatif pendant le rapport sexuel sans aviser son partenaire. C’est s’exposer et exposer son partenaire.

On ne le répétera jamais assez : le préservatif est essentiel. Mais, avant tout, vérifiez qu’il n’a pas été abîmé durant l’ouverture, par un ongle, une dent ou une bague. S’il y a le moindre trou dans votre protection, ou si une des quatre précautions n’est pas respectée, votre préservatif ne protège plus du tout. Un homme averti en vaut deux !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion