article comment count is: 3

Avouer son salaire dans le couple : la règle et l’exception

En couple, on ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche. Entre deux partenaires, il y a toujours un facteur permanent: l’argent. Mais sommes-nous vraiment obligés de dire combien nous gagnons exactement à notre partenaire ?

Que l’on soit en couple ou marié, parler de son salaire n’est pas le sujet le plus confortable au monde. Souvent source de conflit, certaines personnes préfèrent  mentir (même par omission) à son partenaire sur son salaire, d’autres non.

Alex*, un ami d’enfance est en couple depuis un an et demi. Il n’a jamais avoué à sa copine combien il gagnait. Il m’explique : « Je ne veux pas qu’elle contrôle mes moindres dépenses d’argent. Tant que c’est le mien,  je veux le dépenser comme bon me semble. En plus elle aussi travaille et je ne connais pas son salaire mensuel. Comme nous ne sommes pas encore mariés, c’est bien comme ça. »

Contrairement à lui, Dorine* fait confiance à son partenaire. Commerçante depuis deux ans, elle et son mari (chômeur) parlent souvent d’argent au sein de leur couple. « Je trouve qu’il est très important de dire à son conjoint combien l’on gagne même si cela est parfois embarrassant », avoue-t-elle.

Un puissant indicateur d’équilibre

Même si cette honnêteté est importante et trop belle dans un couple, elle n’est pas toujours nécessaire. Chaque personne doit connaitre son partenaire. Si ce dernier est prévoyant et met l’intérêt familial et le bien-être de son époux/-se avant tout, cette transparence est plus que nécessaire. Au contraire, il/elle ne doit pas connaitre le montant exact du salaire si tu dois assumer seul(e) la quasi-totalité des dépenses.

Fiona*, une épouse qui travaille dans une organisation non gouvernementale à Bujumbura l’a compris. Elle se souvient qu’à chaque fin du mois c’était la même chanson: « mbega nturahembwa ? Erega turakeneye ayo mahera » (Tu n’as pas encore touché ton salaire ? Sache que nous avons besoin de cet argent, ndlr). « Je donnais tout mon salaire à mon mari. Il dépensait tout à son profit, pas celui de la famille, se souvient-elle. Selon lui, une femme ne peut pas gérer les biens de la famille. J’ai vécu cette situation pendant un an. ».

 L’une des clés d’une vie de couple réussie est l’honnêteté et dire à son conjoint combien l’on gagne en fait partie. Mais, Bény Ndayishimiye, conseiller conjugal,  pose une condition : « Il doit être responsable et doit avoir un bon sens de gestion ». Et d’ajouter : « Par contre, Si dans votre couple vous réussissez à parler d’argent, sans gêne ni conflit, cela constitue un indicateur puissant d’équilibre. ». Au cas contraire, il faut analyser les sources de la gêne. 

Le dialogue, tout est là

Que ce soit les antécédents familiaux, le milieu de vie, la culture, ou encore la personnalité, l’embarras de discuter d’argent dans le couple a diverses origines.

Le seul et l’unique moyen de le dominer, c’est le dialogue. Bény Ndayishimiye conseille aux personnes en couple de ne pas attendre le mariage. Cette conversation doit commencer dès les fréquentations ou les fiançailles si l’on fait confiance à son partenaire. 

En plus de cela, ce qui va vraiment faire de votre couple une réelle union, ce sont vos qualités humaines et en aucun cas votre compte en banque. Alors cessez d’avoir la boule au ventre et soyez honnêtes, en cas de besoin bien sûr.

*Nom d’emprunt 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Dans un couple, il faut absolument se dire « le montant » de vos revenus pour savoir vos possibilités et dépenser en conséquence.
    Beaucoup de couples sont détruits par cette méfiance et beaucoup d’hommes finissent à se dire que « amahera y abagore ntakora i Burundi », une allégorie de mépris envers les femmes qui ne contribuent pas aux charges familiales. D’autres femmes estiment que « ata mugabo abura amahera ». Beaucoup d’hommes finissent dans l’escroquerie en n’avouant pas leurs revenus.

  2. Je suis de l’avis à ne pas dire tout son salaire à son/sa conjoint(e), afin d’éviter des conflits et des dérapages. En général l’homme prend la femme dans le foyer comme si elle ne peut que jouer le second rôle.et dès qu’il constate qu’elle a de l’argent, il faut qu’il se rassure qu’elle dépend toujours de lui en contrôlant tout.