article comment count is: 11

Confession : comment je suis devenue « la honte » de ma famille

En l’absence d’une communication entre parents et enfants sur la sexualité, l’éducation par les pairs fait vite de combler le vide. Pour le meilleur comme pour le pire. Témoignage de Erica*, la vingtaine, qui peine à refaire sa vie.

Je suis l’aînée d’une famille de classe moyenne dans l’un des quartiers de la ville de Bujumbura. Depuis toute petite, j’allais à l’école et mes parents au boulot. Nous nous voyions le soir à la maison. Nous parlions quelques minutes, avant qu’ils m’envoient dormir pour que je ne sois pas en retard le lendemain. Je grandissais vite et j’étais la petite fille intelligente de la famille. J’étais toujours la première de classe et mes parents étaient si fiers de moi.

Intégrer la cour des grandes… à tout prix!

Quand je suis entrée en septième année, je me voyais déjà comme une grande demoiselle. J’avais des ami·e·s, la plupart d’entre eux plus âgés que moi. On discutait de tout et de rien. Des séries télévisées, de nos coups de cœur, de nos relations avec les amies et… les copains.

Curieusement, tout le monde avait un copain. Sauf moi. Avais-je le droit d’en avoir un à mon âge ? Mais pourquoi toutes mes copines en avaient ? Ce sont là quelques questions qui me taraudaient l’esprit.

Arrivée en neuvième année, il était grand temps d’intégrer le groupe des amoureux. Mes amies ne me parlaient plus de tout. Elles avaient des histoires de relations dont elles parlaient entre elles. J’avais hâte de participer à ces conversations. Et vite, j’intégrai le « squad. »

Mon copain était un ami de la dixième. Il s’appelle Carl*. Il m’avait dragué depuis une année, mais j’avais refusé. Il a réintroduit sa demande et le timing me semblait parfait. Je l’aimais déjà mais que se passe-t-il entre amoureux? J’étais curieuse. 

Désormais, la plupart de nos conversations entre copines portaient sur comment entretenir une bonne relation avec nos petits amis, les relations sexuelles, les sorties en cachette, où trouver l’argent…

Un jour, alors qu’on avait planifié une sortie à la plage avec Carl, j’ai sauté le pas. On a eu une relation sexuelle. Une nouvelle découverte et des félicitations de la part de mes amies. J’étais enfin une grande demoiselle. 

Le tournant

Je continuais d’entretenir ma relation amoureuse avec Carl. Il était un type bien. Alors que je m’apprêtais à commencer mon année de troisième et Carl qui s’apprêtait à avoir son diplôme en sciences, tout a basculé. 

Tout commence par un retard de règles, s’ensuit une panique et l’achat d’un test de grossesse. Et pouf, c’est confirmé, je suis enceinte. Oui, Erica le modèle de la famille, l’aînée est enceinte. 

J’ai attendu jusqu’à un certain samedi matin pour l’annoncer à maman. J’avais à peine fini de lui annoncer la mauvaise nouvelle qu’elle était déjà dans tous ses états. Elle m’a lancé le coussinet qu’elle tenait dans ses mains. « Non, non pas toi Erica, mais pourquoi ? Pourquoi cette honte ? L’aînée de la famille, ooh mon Dieu ! Nous avons travaillé jour et nuit pour ton bien-être pour qu’en échange, tu viennes nous faire honte comme ça ? Ndarose ! Tu vas donc devenir maman à tes 16 ans ! Tu viens de gâcher ta vie et de déshonorer toute la famille ! »

Je n’avais jamais vu ma mère aussi furieuse, misérable. Je venais de la décevoir.

Et du jour au lendemain…

Tout a changé tout d’un coup. Quand maman a annoncé la mauvaise nouvelle à papa, celui-ci ne voulait plus me voir. Il se chamaillait avec maman pour un rien. Mes petits frères et sœurs n’avaient plus droit de demander quoi que ce soit. Et ces derniers m’en voulaient. 

Quand il y avait un visiteur, maman me suppliait de rester dans la chambre, elle ne voulait pas que le monde extérieur le sache. J’étais devenue une personne presque inexistante. Je suis restée enfermée pendant plus d’une année. J’ai donné naissance et Carl n’avait pas droit de venir voir la petite qui lui ressemblait trait par trait. Jeune fille de 16 ans, je suis sortie de cette prison, traumatisée. 

Par après, j’ai repris mes études, mais serai-je capable de panser les blessures que j’ai causées ? Serai-je capable de redorer l’image de ma famille ?

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (11)

  1. chère Erica,pardonne toi ,les erreurs dans la vie ça arrive
    certes c’est pas facile mais je te conseillerais d’être financièrement indépendante si tu ne l’es pas et comme ça être capable d’offrir un meilleur avenir à ton enfant.
    Merci d’être courageuse et de partager ton expérience dans la vie.

  2. Chère Erica on fait tous des erreurs dans la vie mais ces erreurs ne peuvent pas définir notre personnalité ou notre avenir. D’abord félicitations d’avoir eu le courage d’avoir ce bébé, de n’avoir pas commis le crime d’avorter. On apprend de nos erreurs et ça t’aidera toi aussi à savoir comment enseigner tes filles la sexualité. Sache que rien n’arrive au hasard, tu as un bon avenir devant toi,travaille dur pour regagner la confiance dans la famille. Dieu ne t’a pas abandonné, tu reste sa fille chérie, invoque-le Il viendra à ton secours chaque fois que tu auras besoin de lui

  3. Tout d’abord ,mes félicitations tu n’as pas pensé à l’avortement ,bravo ma chère.Quant aux parents ,il faut essayer de faire rennaitre ta confiance ,cherche du travail et soit financièrement independante,montre que ce n’était qu’un accident et non une habitude,et le temps viendra le sourire de cette ange vous fera oublier de tout ce qui s’est passé.

  4. Erica CE qui est arrivé, est arrivé mais ça n’empêche pas de vivre ta vie bon te semble mais en étant très fière de ton enfant mais aussi il faudra k tu continues tes études et cherche ton avenir et celle de ta merveilleuse fille mais en attendant Thank u for sharing ur lifestory

  5. Cher erica,dans la vie on commet des erreurs,mais ces derniers sont là pour nous apprendre quelque chose.Alors redorer ton image dans de ta famille est presque impossible et d’ailleurs ce n’est pas le plus important pour le moment vu ton age.C’est qui est par contre urgent c’est que tu termines tes études et que tu te concentres sur toi-même et ton bébé.Pour le reste,ca viendra pétit à pétit avec le temps

  6. Tu n’as pas besoin de redorer l’image de qui que ce soit. Assume et vas de l’avant. Travaille beaucoup à l’école pour ton avenir et celui de ta petite ange.
    Merci de partager

  7. c’est une histoire touchante. elle montre combien ça n’a pas été facile ni pour Erica ni pour sa mère, ni pour son père ni pour ses freres et soeurs, ni pour Carl, ( dont la douleur n’a pas été exprimé dans ce recit) . cela montre à suffisance comment une erreur commise par deux personnes peuvent affecter toute une communauté. au Burundi, avoir un enfant hors mariage, c’est un crime social, pire que demander la corruption, payer la corruption, etc. je salue le courage des parties prenantes dans cette histoire. la plupart des fois, une faiblesse peut nous rendre fort à l’issue de l’épreuve.

  8. Ma soeur Erica ce qui est arrivé,est arrivé il faut k tu tournes la page et regardes devant,concentre-toi à tes études et n’oublies pas de renaître la confiance dans la famille, dès que tu auras terminé tes études cherche du travail pour être financièrement indépendante,je compte à ton Carl le soutien pour ces moments de preuve

  9. Commentaire * courage ma chère ,ne perde pas la confiance Dieu est là,soit forte ne se laisse plus emporte dans le monde je sait que ce ne pas facile, suis très sur que vs avez le pouvoir de tout améliorer et de recommencer une nouvelle vie

  10. Merci pour le partage. Très courageux d’avoir pris tes responsabilités: protéger ton enfant, retourner à l’école. Ce serait bien aussi que tes parents prennent leur responsabilité egalement. L’éducation sexuelle est une partie de l’éducation familiale.

  11. Erica ne peut rien faire c’est qui est arriver est arriver tu peut rien changer et tu ne peut pas continuer à vivre dans le passé détend toi et vis ta vie comme tu le peut surtout jamais plus jamais copier la vie des autres Devenir Maman à 16ans ne pas la fin du monde pour toi . Courage â toi Erica