article comment count is: 1

Les Burundais réfugiés en Tanzanie : un refuge qui n’en est pas un ?

Ils ont fui leur patrie. Ils ont trouvé refuge en Tanzanie, pays du Mwalimu Julius Nyerere. À Nduta et Nyarugusu, surtout. Ils espéraient trouver la tranquillité et la sécurité qu’ils estimaient ne pas avoir chez eux. Aujourd’hui, ils déchantent.

Ils, ce sont les Burundais qui ont fui leur pays, la plupart en 2015. L’espoir qu’ils pensaient trouver en Tanzanie commence à se dissiper. Depuis quelques temps, ces réfugiés sont harcelés, intimidés voire même  tués.

Jean*, un jeune burundais qui habite le camp Nduta, confie: «En réalité, depuis que nous sommes arrivés ici, la sécurité n’a jamais été garantie. Plusieurs cas de violences sont souvent signalés, des assassinats aussi. Les auteurs et les mobiles de ces attaques sont souvent inconnus surtout que  les enquêtes n’ont jamais été concluantes. Et il y en a qui pensent que c’est pour nous pousser à  rentrer. Pour simplifier, nous sommes des laissé-pour-comptes. Ce qui pousse certains à migrer dans d’autres camps des pays voisins». Les mêmes cas sont signalés souvent au camp de Nyarugusu.

Qui plus est, sur ordre des autorités tanzaniennes, ces réfugiés sont privés du droit de se rendre dans les marchés environnants et  sommés de fermer les marchés de négoces se trouvant à l’intérieur des camps. Ce que ne manquera pas de dénoncer le HCR, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, dans ces termes : «Il est regrettable de voir le gouvernement de la Tanzanie fermer les deux principaux marchés communs qui avaient pourtant créé une interaction économique dynamique et les opportunités pour les réfugiés et les communautés d’accueil».

Le tout ponctué par des «sommations» à  rentrer

S’exprimant sur cette insécurité qui règne dans ces camps de réfugiés, un cadre au Ministère de l’Intérieur et de la Formation patriotique «regrette cette  insécurité dans les camps de réfugiés  en Tanzanie. Mais, estime-t-il, du moment qu’ils sont sous la juridiction et la protection d’un autre État, nos marges de manœuvres sont limitées. L’on ne peut qu’appeler de nouveau nos compatriotes à rentrer. Leur pays va bien, ils n’ont rien à craindre».   

Un appel à rentrer que n’ont cessé de réitérer les autorités Tanzaniennes à l’instar du président John Pombe Magufuli.

Et lors de sa visite dans le camp de Nduta le 25 juillet 2018, le gouverneur de la province de Kigoma enfonça le clou en menaçant de refouler tous les réfugiés burundais vers leur pays d’origine car, selon lui, ils constituent une menace à la sécurité et à l’économie de son pays.

Cette déclaration sera aussitôt décriée  par le HCR. Dans son communiqué, au lendemain de ces appels à rentrer, cette agence onusienne s’est dite  préoccupée par les récents discours des autorités tanzaniennes et l’éventuelle fermeture des camps des réfugiés burundais. Et de préciser qu’elle ne fait pas partie de ceux qui mobilisent les Burundais au rapatriement à ce moment. Une position un peu proche de celle des organisations de la société civile  burundaise (en exil elles aussi) qui qualifient  ces appels des autorités Tanzaniennes de «harcèlement excessif et continu».

Mais quoi qu’il en soit, que l’on soit pour ou contre le rapatriement, le plus important, c’est la sécurité des Burundais qui peuplent ces camps de réfugiés. Un devoir donc pour le Burundi, la Tanzanie et le HCR  de faire en sorte que leur protection soit assurée, en attendant le retour volontaire dans leur terre natale.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Qu’ils reviennent au Burundi mais volontairement parce que la sécurité de l’homme s’évalue dans son intérieur. Mais de quoi qu’il en soit la protection de la chaire humaine est valable et doit être respectueuse. Merci de vos infos.

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non