article comment count is: 0

Buja Sans Tabou 2020 : ça promet…

Dans l’organisation de cette 4ème édition du festival de théâtre à Bujumbura, plusieurs activités sont prévues en amont de ce grand évènement, dévoilant en avance ses couleurs et ses saveurs. 

La première étape consistait à organiser des rencontres et conférences baptisées « à la rencontre de Bujumbura », où on invitait des professeurs d’université et des chercheurs qui ont travaillé sur cette ville, ce qu’ils ont fait avec générosité.

Au total, quatre conférences animées respectivement par l’historien Professeur  Emile Mworoha, le Professeur Domitien Nizigiyimana, le romancier et Professeur Juvénal Ngorwanubusa, le géographe Sylvestre Ndayirukiye, l’historienne Christine Deslaurier, sans oublier l’ancien ministre des affaires étrangères (1993-1995) et ancien acteur de théâtre Jean Marie Ngendahayo.

Tous ces intellectuel.le.s, chacun.e selon son style, ont aidé les participants à voyager dans le temps et à découvrir cette ville métropolitaine. 

Plusieurs anecdotes… 

Réunis soit en frontal, soit en cercle comme au tour du fameux « urubumbiro » (au coin du feu), les participants dans ces conférences, majoritairement des jeunes comédiens, metteurs en scène, scénographes et journalistes, suivaient avec intérêt les mémoires de ces conteurs qui, nostalgiquement, racontaient leurs vieux temps dans différents quartiers de Bujumbura.  

Plusieurs histoires ont été racontées au cours de ces conférences. Et parmi ces anecdotes, quelques-unes méritent un intérêt. C’est notamment l’histoire de cette maladie, « la Mutangite », qui a attaqué tous les jeunes fonctionnaires forcés au sevrage en 1989 par le gouvernement Bagaza ; l’histoire au tour de quelques bâtiments publics que nous avons encore aujourd’hui ; toute la vie sociale, économique, et politique  de ce temps mis en évidence.

Ce sont aussi ces petites histoires anodines sur la débauche dans le quartier dit «  Kw’ibereshi », des histoires au tour du Foot et les communautés rwandaises, de la discrimination contre les « ngombe za Mwambutsa », mais aussi ces villageois qui venaient en ville à qui on devrait donner une autorisation de circulation (synonyme de cahier de ménage aujourd’hui), etc.

Avec les matériaux mis dans les mains des jeunes théâtreux, l’inspiration ne manque pas. Ces artistes vont pouvoir rêver, imaginer, créer et on peut s’attendre à des créations riches et originales. De la tragédie de certains quartiers au scepticisme des autres, les créations ne manqueront pas non plus d’une dose d’humour.  

Les mérites de cette édition

Contrairement aux éditions précédentes, celle de 2020 s’étale sur une longue période. Selon Freddy Sabimbona, Directeur artistique du festival, « cette édition a déjà commencé en mai 2019 par des rencontres pour découvrir la ville de Bujumbura et ensuite, il y aura des formations en écriture dramaturgique, en scénographie et en mise en scène, pour terminer avec le festival proprement dit en février 2020. »

Si la troisième édition avait fait un pas pour aller vers le public, sachant que pour la première fois, on a joué du théâtre dans des bars, la nouvelle sera un pont entre les générations et va aider la population burundaise à s’approprier cet art vivant en perpétuelle évolution.  

Visiblement, cela a déjà commencé. Il y a encore peu, le théâtre était considéré comme « un truc des jeunes » selon la majorité des parents burundais, mais avec ces conférences, et d’autres activités connexes déjà réalisées à cet effet, le regard change. « Je ne savais pas que c’était aussi intéressant, je regrette d’avoir raté des évènements pareils. C’est un moment de réflexion sur ma responsabilité en tant qu’humain et ma place dans la société », confie une maman après la restitution des deux semaines de formation avec les Burkinabés Odile Sankara et Aristide Tarnagda.

On parle du festival de temps en temps dans les bars, dans les bibliothèques où vont s’abreuver les auteurs et metteurs en scène, dans les quartiers que ces théâtreux visitent, dans les rues, ainsi que sur les réseaux sociaux. 

Cette édition se veut innovante, riche et plus intime aux Burundais. Sans doute que Bujumbura bougera en 2020.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. A la rencontre avec ces grandes figures intellectuelles
    On y acquiert des précieuses connaissances perpétuelles
    Ingrat, serai-je si je ne salue pas leur générosité
    Ces conférences ont été d’une grande utilité

    Mais, Tabou, ce mot qui fait mal à la liberté d’expression
    Beaucoup d’anecdotes sont enterrées dans les etcétéra
    Buja, c’est une ville, une histoire, une mélodie, une passion
    Mais, c’est aussi la guerre, les ethnies, ces tabous, qui les brisera ?