article comment count is: 3

Sada Nahimana : la future Serena Williams du Burundi ?

Le Burundi n’en compte pas deux comme elle. Sada Nahimana, qui a fait ses débuts sur les terrains de tennis de l’Entente sportive, joue aujourd’hui dans la cours des grands. Elle a même été sacrée championne du Lagos Open en octobre 2019. 

« À 12 ans, Sada avait déjà  prouvé qu’un avenir prometteur l’attendait à bras ouverts », fait savoir Innocent Nshimirimana, le coordinateur et coach national de tennis qui  ne tarit pas d’éloges à l’endroit de la jeune tenniswoman.

Native de Buyenzi, Sada Nahimana voit le jour le samedi 21 avril 2001 dans une fratrie de 7 enfants. Elle joue pour le plaisir et tuer le temps avec son père, qui l’amène voir son grand frère au terrain de tennis. « Je ne saurais pas dire à quel moment exactement j’ai commencé à jouer au tennis mais c’est plutôt vers 8 ans que j’ai commencé à aimer ce jeu », se souvient la joueuse qui vit désormais au Maroc dans une académie de tennis.

Aux âmes bien nées

À l’âge de 10 ans, lors de son premier tournoi comptant pour la sélection des moins de 12 ans pouvant représenter le Burundi dans une compétition qui allait se dérouler au Kenya, Sada parvient à se faire distinguer et représente le pays. Ainsi, elle signe le début d’une aventure qui la hissera jusqu’au numéro 1 africain.

En parallèle à cette période, la Fédération Internationale de Tennis sous l’accord de la Fédération Burundaise de Tennis, toutes deux convaincues de son talent, lui octroient une bourse d’étude au Maroc où elle finira bientôt l’école secondaire, tout en bénéficiant également des cours et d’un suivi régulier de tennis.

Aujourd’hui et à l’âge de 18 ans, Sada Nahimana n’est plus dans la catégorie des juniors où elle était classée 11ème sur le classement mondial. Elle joue désormais dans la cour des grands. À la surprise générale, elle a remporté le premier tournoi des seniors, en octobre dernier, lors de la finale contre Laura Pigossi (25ans), la Brésilienne partie pourtant grande favorite du tournoi du Lagos Open de par son expérience largement supérieure à  Sada.

Le grand chelem n’est plus très loin

Le rêve de Sada : concurrencer un jour les grandes stars lors des « grands chelems ». Cette fan inconditionnelle de Rafael Nadal se confie : « J’ai toujours rêvé de me produire dans les grand-messes du tennis mondial comme le Roland-Garros, US Open, Wimbledon ou même les jeux olympiques. Tout ce que je fais aujourd’hui, c’est pour atteindre un niveau acceptable afin d’y prendre part ».

La jeune burundaise est bien partie pour participer à ces tournois dont elle a déjà pris part en catégorie Junior. Étant championne du Lagos open, elle vient de quitter sa place de 800ème pour se retrouver à la 477ème  au classement général. Elle se doit de batailler dur pour se faire une place dans le Top 100 et ainsi avoir les chances de disputer ce genre de grands tournois. 

Avec son 1.60m et un poids de 58kg, la jeune fille doit travailler son physique, selon un de ses entraîneurs : « Certes sa rapidité, son endurance et son ingéniosité imposent un jeu qui met en déroute ses adversaires, mais elles doit améliorer son physique pour que même son service soit plus mordant»

En dehors des terrains, Sada Nahimana se fait plaisir en écoutant la musique. Elle aime blaguer et sortir avec ses amies pour manger le poulet et le riz, le genre de menu qu’elle affectionne beaucoup. À 18 ans, elle se dit célibataire et compte le rester pour le moment afin de de se concentrer au maximum sur sa carrière.

Cet article fait partie d’un dossier pensé et rédigé par les blogueurs de Yaga pour mettre en lumière les 25 jeunes burundais qui se sont démarqués pendant l’année 2019, dans différents domaines de la vie sociale.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Ooooh Que Dieu soit loué.
    Nous te souhaitons tout le bonheur.
    Que tous tes rêves se réalisent.
    Allez de l’avant ne desespère jamais.
    Courage.
    Et bravo.
    Nous te soutiendrons.