article comment count is: 2

Covid-19 : des millions de Burundais vulnérables ?

Avec 12 millions d’habitants, le Burundi n’a officiellement enregistré aucun cas de Covid-19. Un miracle pour le pays, qui en a bien et fort besoin, vu le caractère vulnérable des Burundais. Analyse.

Dans le concert des nations, le Burundi est encore cette jolie fille que tous les hommes accoudés au bar rêvent d’inviter à la danse. Le pays a tellement de chance qu’il n’a aucun cas de Covid-19 officiellement enregistré. Un miracle. Dieu veille, vous diront les uns. Pour les autres, le doute. Peu importe, le SARS-CoV-2 piétine devant notre porte, et il est plus virulent chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Une triste réalité au Burundi, voire un talon d’Achille si cette maladie venait à franchir la frontière. Voyons :

La malnutrition, une brèche

Selon l’OMS, ils sont seulement 1% des enfants qui sont touchés par le Covid-19. Par ailleurs, dans un pays où 57% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique avec 38,8 % comme indice global de la faim, l’immunité est tellement critique que la situation pourra virer au rouge. En partant du dernier recensement, où les moins de 5 ans étaient à 1 677 101 enfants, ils sont à 955 948 enfants en ligne de mire du Covid-19.

Tabac, alcool et « boost », des facteurs aggravants

L’espoir que le Covid-19 ne toucherait pas ou peu les jeunes, est une théorie qui ne tient pas au Burundi. De un, ils sont environ 20% de la population burundaise à fumer le tabac. Une situation qui endommage les poumons, champ de bataille du Covid-19. Donc, à peu près 2 400 000 Burundais exposées en première ligne.

De deux, il y a les drogues, dont le fameux « boost » en vogue. Pour comprendre sa relation avec l’immunité, une étude au Burundi a révélé que 10,2% des junkies étaient séropositifs au VIH, 9,4% et 5,5% souffrant respectivement de l’hépatite B et C. Des maladies chroniques qui aggravent la vulnérabilité immunitaire.

De trois, la jeunesse burundaise est « alcoophile ». En 2017, le pays a été classé au 7e rang comme pays consommateur d’alcool en Afrique. Or, comme l’alcool réduit considérablement les défenses immunitaires de l’organisme, cela est une énorme brèche en cas de Covid-19.

Les personnes âgées et les maladies chroniques, une réalité

Alors que l’âge avancé et les maladies chroniques constituent les facteurs de vulnérabilité face au Covid-19, cette situation est une réalité au Burundi. Avec 4% des Burundais âgés de 60 ans et plus, ils sont 480 000 Burundais en danger si le coronavirus venait à pénétrer au Burundi. 

À côté de cela, sur 1000 Burundais dépistés au diabète, 15 en sont atteints. Donc, plus de 180 000 Burundais qui en souffrent. Là, c’est sans oublier ceux qui ont une hypertension artérielle. Pour le cancer, la maladie a été la cause de 5% des décès en 2018 dans le pays, avec 8 682 nouveaux cas enregistrés. Et pour les hépatites chroniques, la prévalence est de 5% pour l’hépatite B, soit 600 000 Burundais et 10% pour l’hépatite C, également 1 2 00 000 Burundais. Des chiffres à donner le tournis.

Face à cette vulnérabilité, les vœux de bonne santé ont en ce moment la meilleure côte, parmi les vœux formulés en fin d’année 2019. Le virus étant devant nos murs, redoublons de vigilance en prenant au sérieux les mesures préventives, et prier Dieu pour faire perdurer ce miracle. Sinon, ce sera l’hécatombe.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)