article comment count is: 0

Burundi : l’heure de la fin des coupures du courant a-t-elle sonné ?

Le vaste chantier du gouvernement burundais de la construction des barrages hydroélectriques pour booster la production énergétique se profile à l’horizon. Plus d’une année après Ruzibazi, deux autres centrales, Rusumo Falls et Kabu 16, viennent d’être mises en service. La population peut-elle espérer la fin des coupures intempestives ? 

46,6 MW seront ajoutés d’ici peu dans le réseau électrique du Burundi. Il s’agit exactement de 26,6 qui proviendront du barrage régional Rusumo Falls et de 20 MW qui proviendront du barrage Kabu 16. Ces derniers s’ajoutent sur 15 MW mises dans le réseau électrique depuis juillet 2022 en provenance du barrage de Ruzibazi. 

Les efforts fournis donc par le gouvernement du Burundi commencent à donner des fruits dans le but d’augmenter la quantité énergétique. Retour sur ces projets auxquels les investisseurs comptent autant.

La réception du projet de construction du barrage régional Rusumo Falls est prévue pour ce mois de mars 2024, a annoncé Ir Ibrahim Uwizeye, ministre en charge de l’énergie. Ce barrage régional, construit sur la rivière Akagera, va desservir 3 pays dont le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. Il a une capacité de 80 MW. Tous ces pays auront une part égale, soit environ 27 MW chacun. 

Ce projet, mis en œuvre par le Nile Equatorial Lakes Subsidiary Action Program (NELSAP) de l’Initiative pour le Bassin du Nil pour le compte de ces trois pays, a été financé à hauteur de 468,60 millions de dollars. Une grande partie, 340 millions de dollars des prêts sans intérêt, a été octroyée par la Banque Mondiale à travers l’Association Internationale de Développement (133,30 millions de dollars pour chaque pays). L’autre partie du financement a été accordée par la Banque Africaine de Développement.

Les travaux dont la durée était prévue pour 3 ans ont débuté en 2017. La Covid-19 a eu des impacts négatifs sur l’avancement des travaux, selon Dr Isaac Alukwe, coordinateur régional de l’Unité de Coordination du Projet d’Interconnexion Electrique des Pays des Lacs Équatoriaux du Nil (NELSAP-CU).

Kabu 16, enfin !

Le barrage hydroélectrique Kabu16 (20 MW), en construction depuis 2017 sur la rivière Kaburantwa en commune Murwi dans la province de Cibitoke, est également mis en service. Le weekend dernier, la Regideso a réalisé les travaux de raccordement de ce barrage sur le réseau national.

La fin des travaux de ce barrage a toutefois connu des retards suite à la problématique de décaissement de fonds. Le Conseil des ministres du 05 avril 2023 s’était penché sur la question. L’Exim Bank de l’Inde qui a financé le projet avait refusé de décaisser les fonds. En plus, Angelique International Limited, une entreprise de construction, avait refusé d’envoyer des équipements. Cette dernière se justifiait que ses sous-traitants avaient également fait la révision des prix du matériel. C’est l’entreprise allemande Voith Hydro, qui a remporté le contrat d’Angelique International portant sur la conception, la fabrication et la fourniture d’équipements électromécaniques pour la centrale de 20 MW de Kabu 16. 

Il a donc fallu l’intervention de la Regideso pour assurer la fin des travaux. Un montant de 15 millions de dollars (45 milliards Fbu) a dû être décaissé par cette société pour rependre les travaux qui étaient à l’arrêt faute de moyens.

Le raccordement de 46 MW dans le réseau national va sans doute ajouter de la plus-value sur les activités économiques. Signalons que ce courant s’ajoute à 10 MW de la centrale de Ruzibazi, mis en service en juillet 2022. Bien que les barrages Jiji et Mulembwe soient toujours en construction, le gouvernement peut se féliciter des efforts fournis dans la construction des centrales hydroélectriques. Il devrait également s’attaquer à la réhabilitation de la vétusté du réseau électrique dont le coût est estimé à 200 millions de dollars.

Toutefois, le Burundi a encore du chemin à parcourir pour résorber le déficit énergétique. Avec la production actuelle de l’énergie qui tourne autour de 100 MW, il faudra fournir beaucoup d’efforts pour arriver aux 400 MW présagés par le Plan National de Développement 2018-2027. 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion