article comment count is: 27

La veuve et les enfants de Rwagasore : les grands oubliés de l’Histoire

L’histoire du Burundi et la presse nous apprennent brièvement que le héros de l’indépendance avait une femme et deux enfants, qui sont tous morts. Cependant elle ne fait pas mention des événements tragiques qu’a endurés  sa famille après son assassinat. S’agit-il d’un mystère ou d’un sujet tabou ?

Au moment où le Burundi vient de célébrer ses 58 ans d’indépendance, des témoignages sur la bravoure de Rwagasore font la une des médias. Mais personne n’ose révéler ce qu’ont subi son épouse et ses enfants. « Je me souviens de la mort tragique de ses deux enfants, c’était vraiment très horrible », raconte les larmes aux yeux Bernadette Bankumuhari, première femme élue député au Burundi. « Certaines choses ne méritent pas d’être dites car elles apporteraient plus de souffrance », murmure-t-elle noyé dans ses souvenirs le regard lointain, à la question concernant l’omerta autour de ce sujet.

Même son de cloche dans sa famille. La sœur du prince Rwagasore, princesse Rosa Paula Iribagiza toujours disponible à vanter les exploits de son frère semble évasive sur le vécu de sa belle-sœur et de ses deux nièces, après le décès de ce dernier. « Ivyo bireke reka tuvuge ivya Rwagasore (laissons tomber ce sujet focalisons-nous sur Rwagasore) ». Que s’est-il donc passé pour cette veuve et ses filles ?

L’assassinat de Rwagasore, début du calvaire pour sa famille

Le héros de l’indépendance du Burundi a été assassiné après trois ans de vie conjugale avec Marie Rose Ntamikevyo, qui a donné 2 filles. Sous couvert d’anonymat un membre proche de sa belle la famille témoigne : « Les deux enfants sont mort subitement, peu après le départ de leur père. L’aînée avait entre deux ans et trois ans, la cadette avait aux environs de huit mois. Bien que nous n’ayons pas de preuves formelles, nous soupçonnons un empoisonnement. » 

La perte de son mari et de ses enfants aurait affecté la santé mentale de Marie Rose Ntamikevyo. Voix cassée par l’émotion, notre source évoque des souvenirs douloureux : « Elle a été très malheureuse, elle a eu des crises de dépressions. Elle était terrorisée et traumatisée, elle criait souvent : ngabo baraje nanje kunyica (les voilà, ils viennent me tuer aussi NDLR). Elle avait peur du gouvernement en place. »  

Il ajoute que la femme de Rwagasore n’a pas connu les honneurs dignes de l’épouse d’un prince. Elle a été contrainte de déménager plus d’une fois. : « Avec son mari, ils habitaient au Boulevard de 28 novembre. Une fois veuve, on l’a sommée de s’installer dans une maison aux environs de la cathédrale Régina Mundi, plus tard elle sera logée dans un immeuble sur l’avenue de la JRR, avant d’aménager dans un appartement au-dessus de  l’actuelle librairie saint Paul ».

Naissance de la belle fille de Rwagasore

L’épouse de Rwagasore était l’aînée d’une fratrie de 9 enfants dans une famille citadine qui habitait Rohero.  « Sa famille était aussi consumée par le chagrin. Ils ne supportaient pas de voir sa jeunesse sacrifiée. Ses parents lui ont conseillé de mettre au monde un autre enfant qui sera sa consolation », affirme notre source. C’est ainsi qu’est conçu hors mariage la belle-fille de Rwagasore, Marie Rose Mercedes. 

L’épouse de Rwagasore ne verra pas son bébé grandir. Le 07 novembre 1973,  le jour où l’enfant a eu 2 mois a coïncidé avec la mort de la veuve de Rwagasore. Le membre proche de la belle-famille du héros de l’indépendance déclare gravement : « Elle a été empoisonnée elle aussi. Ça a été prouvé par une autopsie sollicitée par son père, qui était assistant médical. Malheureusement, ils n’ont pas voulu porter plaintes. Selon eux ça n’allaient pas ressusciter leur fille ». Alors que les tombes de Rwagasore et de ses deux enfants se trouvent à Kiriri, Marie Rose Ntamikevyo a été enterrée à Nyabaranda. 

Espérons que la Commission vérité et réconciliation dont la mission est d’enquêter sur des crimes commis au Burundi dans la période 1895- 2008, apportera plus de lumière à ce drame. 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (27)

  1. Merci bcp pour l’eclaircissement … J’avais deja entendu des histoires sur elle qu’Elle aurait eu um probleme mental apres et que la famille royale n’a Jamais pris soin d’elle….

  2. Pour moi insister que Marie Rose Mercedes est « la belle-fille de Rwagasore » ne serait qu’une tentative de recuperation du nom de Rwagasore.
    Cette fille a ses propres parents: Marie Rose Ntamikevyo et un certain homme (autre que Rwagasore), et point, c’est tout.

  3. La non-prise en charge par la famille royale découlerait de son ethnie sans doute, elle était hutue. Rwagasore l’a épousé sans les bénedections de tous les membres de la famille, lui était visionnaire de l’union qui doit caractérisé les barundis.

  4. C,est une information très utile car même les livres qui parlent l,histoire du burundi se limitent sur RWAGASORE seulement.mais c,est douloureuse,il faut que la cvr s,y implique.
    Mais pourriez vous nous dire qui est Marie claire Burikukiye actuellement parlementaire in EAC?

  5. Je n’ai pas connu Rwagasore mais j’ai connu toute la famille Ntamikevyo. Il me semble que le deuxième enfant du couple était un garçon. Une rumeur non prouvée disait que c’est une infirmière belge qui était responsable de sa mort.
    Marie-Rose est morte des suites d’une hémmoragie. Elle avait un groupe sanguin rare et dans les réserves de sang des hopitaux de Bujumbura on ne le trouvait pas. Au même moment, un commerçant grec très connu à Bujumbura et hopistalisé dans le même hopital avait aussi un besoin urgent du sang du même groupe qu’elle . Le neveu du Grec a alors su que l’hopital de Mutumba possédait ce groupe dans sa réserve. Il est allé en urgence à Mutumba et a ramené le sang pour les deux malades. Le Grec a été sauvé mais pour Marie-Rose c’était trop tard, la transfusion n’a pas pu la sauver. Le Grec se nommait Théodoros Vastagos plus connu sous le surnom de « Mbiyo-Mbiyo ». Lui et son neveu sont morts quelques années plus tard.
    Le cimetière de Nyabaranda n’était pas encore ouvert à l’époque, c’était celui de Kanyosha qui était utilisé. Il se pourrait qu’elle ne soit pas morte en 1973 mais un peu plus tard en 1974.

    1. Merci pour ces eclaircissements.C’est très regretable que les ecrits se limitent seulement sur le Prince et qu’on oublie l’importance qu’avait Marie Rose dans la vie de ce dernier .

  6. C’est la plus triste des histoires non seulement ont lui a enlevé son mari trop tôt mais aussi ses petites princesses 😭 Paix à son âme j’espère k’Imana Yashoboye kumuhoza et que les coupables finiront par payer pour cette atrocité

    1. Merci pour l’article.C’est très triste vrt .Pourriez-vous nous faire une enquête sur la famille de Marie Rose Ntamikevyo(Sa tombe il est où ?,les membres de sa famille il y en a ceux qui sont encore en vie??)

    2. Merci bcp pour l’article ça reveil notre conscience.Pourriez vous nous faire une enquête sur la famille de Marie Rose Ntamikevyo(Sa tombe elle est où?,les membres de sa famille il y en a ceux qui sont encore en vie?)