article comment count is: 19

Cinq mots et expressions hérités de Pierre Nkurunziza

Au-delà des émotions, souvenirs et œuvres que nous gardons du feu président Pierre Nkurunziza, sa personnalité a fait aussi apparaître le long de son règne, un certain nombre de mots, expressions et tournures intelligentes, qui ont enrichi le petit dictionnaire rundi. Florilège.

Dukora Dusenga, Dusenga Dukora

L’expression naît en 2005, quelques jours après son investiture. Plus qu’un slogan, elle a même un synonyme latin : « Ora et labora ». Et Nkurunziza, c’est sa devise. Elle se traduit « Travaille et prie, prie et travaille », et est mise en pratique via les travaux communautaires et les croisades de prière d’action de grâce qu’il organise chaque année. L’expression a cartonné, jusqu’à inspirer plus d’uns. Elle reste l’un des souvenirs lexicaux de Pierre Nkurunziza.

Imana yo mw’ijuru ni yo cabona

Pierre Nkurunziza aimait prendre Dieu comme témoin. L’expression était utilisée pour légitimer un serment. Comme par exemple pour dire que « amatora azogenda neza cane (les élections se dérouleront très très bien) », et lors des croisades de prières pour appuyer les révélations qu’il faisait sur le pays. Aujourd’hui, ils sont nombreux les Burundais qui jurent par cette expression, ou pour légitimer un serment de la vie quotidienne. Un gage lexical hérité de Nkurunziza. 

Uwukize akiza iwabo

Une expression antonyme existait avant : « uwukize akira iwabo (celui qui devient riche quitte la campagne) ». C’est par le biais de Pierre Nkurunziza que l’expression changea et pris la tournure de « Uwukize akiza iwabo (celui qui devient riche développe chez eux) ». À travers cette expression, ils sont nombreux les Burundais nantis qui ont jeté le regard de développement vers leurs communes natale, en suivant l’exemple de Pierre Nkurunziza via l’eldorado qui l’a créé à Buye, sa colline natale. L’expression est même le pilier à l’origine de la fête des communes, initié par Nkurunziza.

Mujeri

Dans le vocabulaire rundi, le mot existait depuis longtemps. Au sens propre, « mujeri » désigne un maigrichon chien errant pour sa survie. C’est en 2012, plus précisément le 31 mars, que Pierre Nkurunziza sort ce vocable de son sens habituel, en l’utilisant en métaphore pour désigner tous ceux qui ne parlaient pas le même langage que le CNDD-FDD. En un mot, les opposants politiques. Quelques années après, l’expression n’était que sur les bouches pour désigner les manifestants de 2015.

Agahomamunwa

Même le lexique en temps de pandémie de Covid-19 n’a pas été oublié. Alors que le mot « masque » se traduit en vocable rundi « agafukamunwa », le mot a pris une nouvelle tournure avec Nkurunziza qui l’a baptisé en « Agahomamunwa ».

Avec Pierre Nkurunziza, l’évidence est que le dictionnaire burundais n’a pas chômé. Ces cinq mots et expressions ne sont qu’une goutte dans un océan d’autres mots, proverbes et expressions. Connaissez-vous d’autres de la part de Pierre Nkurunziza ? Dites-les nous en commentaires.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (19)

  1.  » Uwozotangura intambara izohera iwe iherere iwe ». Niko vyahavuye biba, uwagerageza wese gutera uburundi ntiyigeze agira n’ intambwe imwe: Buyoya Octobre 2005, Hussein 2007, kabirigi 2012, grp robelles 2013, pasifike et Sinduhije 2014-2020, Cyrille et Niyombare 2015, Red tabara 2015-2020, jeremie et nshimirimana 2017-2018, ….