article comment count is: 3

Burundi : de la retraite redoutable à la retraite enviable ?

La vie des retraités devrait connaître un changement à partir de 2020. C’est une des promesses du  Président de la République dans son discours à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance. Témoignages et Analyse. 

Au Burundi, les retraités vivent dans des conditions très critiques. Ils sont confrontés à des situations financières difficiles. La pension (presque insignifiante) versée par l’INSS (Institut National de sécurité sociale) ne permet pas de subvenir aux besoins de leurs familles. « J’ai quatre enfants qui vont à des universités privées. Je dois payer pour eux. Malheureusement, avec la pension que je touche, il m’est extrêmement difficile de payer leurs études. Avec cette situation difficile, je suis obligé de vivre grâce aux soutiens de mes proches », se plaint Jean Ndikuriyo pensionné depuis 2 ans.

La vie des pensionnaires n’est donc pas des plus reposante. Ils sont par ailleurs condamnés à subir l’érosion de leur piètre pension sous l’effet de l’inflation consécutive aux vagues continues d’augmentation du niveau de vie dans le pays. 

Corruption, roue de secours pour les uns

En raison de ce montant médiocre de l’INSS, beaucoup préfèrent repousser la date de leur départ à la retraite pour éviter cette misère. « Il vaut mieux un salaire de misère que de partir à la retraite pour mourir. Les prix des denrées ne cessent d’augmenter. Comment alors est-ce que je peux vivre avec ma pension et payer les études de mes enfants ? », s’inquiète Felix, sexagénaire, terrassé par la peur de la retraite.

Au Burundi, la loi est claire à ce sujet. Elle dispose que tout travailleur ayant atteint l’âge de 60 ans doit prendre sa retraite. Certaines personnes proches de la retraite veulent par tous les moyens rester aux postes qu’elles occupent malgré leur âge avancé. La corruption devient souvent alors la solution de facilité.

Malheureusement, cela n’est pas sans conséquence dans un pays comme le nôtre où 65,4 % des jeunes sont au chômage. Il impacte négativement la chance des jeunes au chômage. « Nos aînés étaient censés être en paix et profiter pleinement de leurs âges avancés en toute tranquillité. Mais, ils continuent à occuper des postes dans des bureaux ici et là, alors que nous les jeunes diplômés attendent désespérément de trouver un emploi. C’est injuste ! », se plaint Richard Manirakiza, jeune natif de Gitega qui vient de passer 8 ans sans emploi. 

Lueur d’espoir 

Comme l’a promis le nouveau Président Evariste Ndayishimiye, dorénavant les retraités vont bénéficier des soins de santé gratuits et un salaire plus au moins égal à celui qu’ils touchaient au moment de partir à la retraite. Le gouvernement versera des prestations de retraite de 20 % que les retraités payaient toujours pour leurs soins de santé. Il sera aussi pris en compte dans les prochains jours d’autres mesures pour que ces retraités puissent vivre comme ils vivaient pendant qu’ils étaient au service de l’Etat.  

« On espère que les choses vont changer car on vivait le calvaire. Avec ce qu’on recevait de l’INSS, il nous était difficile de vivre ne fût-ce qu’un seul mois. Nous remercions le nouveau Président du fond du cœur pour avoir pensé à nous », fait Juma en retraite depuis 3 ans, qui espère que cette promesse ne sera pas lettre morte.

À leurs âges avancés, les retraités ont besoin de l’assistance et un regard respectueux car ils ont travaillé pour le développement du pays. Pour cela à mon avis, le gouvernement devrait continuer à les soutenir davantage et à les aider à vivre dignement leurs vieux jours.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Je suis kadende Dieudonné du burundi.je suis Un homme qui aime les business avec plusieurs projets.comment puis je gagner un sponsor pour mes projets.. comment puis je gagner un financement pour mon projet ?? Svp monsieur aide moi pour que je puisse gagner cette opportunité de richesse.

  2. Bonjour. Cet article est vraiment très intéressant. C’est un geste fort de la part de l’Etat. les burundais devraient à leur tour y mettre du leur. Ies travailleurs devraient développer l’habitude de penser à l’épargne pour la retraite dès l’instant où ils commencent à travailler.