article comment count is: 1

Au pays des ‘’ragnagnas’’ : ah, les joies d’être femme !

Les menstruations, ce phénomène mensuel qui nous donne l’impression d’être abonnées à un club exclusif, mais avec des règles plutôt strictes. Pardon pour le jeu de mots, mais l’humour est notre bouée de sauvetage dans ce voyage mensuel qui nous emmène du rire aux larmes, littéralement. 

‘’Ibichose’’, ce ballet mensuel qui transforme nos vies en une aventure des plus imprévisible ! Comment vous dire… ? C’est comme une fanfare, mais qui, au lieu de trompettes triomphantes, nous donne des maux de tête, et des crampes qui font des pirouettes dans notre abdomen. Certaines, les moins chanceuses celles-là, se voient obligées de suivre la cadence. Lorsqu’elles ne sont pas en train de se tortiller dans leur lit, c’est aux toilettes qu’elles laissent tout ce qui leur restait sur l’estomac.

Mais heureusement, lorsque les ‘’Anglais débarquent’’, la gent féminine, comme un seul soldat, se rangent toute derrière la souffrante, dans une émouvante solidarité féminine. Un regard complice suffira pour savoir que la copine cherche à être rassurée qu’aucune tâche ne se trouve sur sa jupe. C’est avec humour que l’on dira à celle qui souffre le martyr, en lui tendant une boite de Nurophen ou de Spasfon : « Mpore, mwiza, au moins, tu n’es pas enceinte ! »…Ah, les joies d’être une femme !

« Dance me to the moon … » 

Dès que les règles font leur entrée, c’est un ballet digne des plus grandes tragédies shakespeariennes. Pour extraire discrètement une serviette hygiénique de notre sac à main, c’est un véritable numéro de contorsionniste qu’il vous faudra pratiquer, tout cela devant des regards indiscrets.

Oh, j’oubliais la sacro-sainte peur constante de tacher nos vêtements. Chaque pas est synonyme d’une potentielle catastrophe. Loin de l’élégance naturelle d’une ballerine, et des mannequins, l’on marchera le périnée bien serré, une jambe après l’autre, le danger est là, tapi dans l’ombre. Les éternuements sont particulièrement redoutables. Vous pensez avoir réussi à naviguer à travers une journée sans tâche, puis soudain, « AAATCHUUUM ! », et c’est une marée rouge qui déborde de votre petite culotte, inondant tout sur son passage. 

Mais le plus déroutant dans tout cela, ce sont les ascenseurs émotionnels que l’on se tape durant cette période. Que seraient en effet ces péripéties menstruelles, si le rire n’accompagnait pas nos larmes, le comique dansant avec le tragique. Chaque femme devient une comédienne dans son propre théâtre biologique, jonglant avec des scènes de la vie quotidienne de manière aussi gracieuse que possible.

Alors, mesdames, que votre voyage mensuel soit toujours ponctué de rires et de larmes. Après tout, c’est dans ces moments que la magie de la féminité se révèle, avec une bonne dose d’humour pour équilibrer le tout. Rideau !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)