article comment count is: 0

Matana-Mahwa, quatre vérités du sud

La RN16 et la construction des barrages ont changé le visage de ces localités. Elles sont devenues plus animées, mais pas uniquement. Quid des répercussions sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes ? Nous sommes allés à la rencontre de différents acteurs impliqués.

Matana a fait beaucoup parler d’elle ces derniers temps. La raison : une probable dépravation des mœurs des jeunes suite à la venue des travailleurs engagés sur les chantiers des barrages Jiji-Mulembwe. Mais qu’en est-il au juste ? Quelle a été la riposte ?

Le conseiller du gouverneur ne nie pas les faits : « Il y a eu une augmentation dans les statistiques des grossesses non-désirées depuis l’arrivée de ces célibataires géographiques ». 

Les dés redistribués

Comment faire face à ce phénomène ? Ce ne sont pas des affaires de morale qui allaient causer l’arrêt de tous les chantiers, realpolitik oblige. Non plus, il ne fallait pas rester les mains croisées face à ce phénomène.

Des partisans d’un juste milieu se sont levés. L’administration, les autorités sanitaires et scolaires ont mis en place des mécanismes pour riposter. Des restrictions ont été arrêtées à l’endroit des employés des entreprises de construction. Les récalcitrants ont même été expulsés.

Il est également intéressant de signaler l’action des tantes-écoles. Sans aucune forme de subsides, elles essaient de livrer combat aux réseaux d’entremetteurs qui offrent de l’argent aux élèves. Ces tantes-écoles sont les premières de cordées. Elles observent ce qui se passe dans les communautés et font office de garde-fous.

Serrez vos ceintures, nous vous invitons à un voyage dans ces endroits en mutations où les répercussions du développement sur la vie sexuelle et reproductive des jeunes ne doivent pas être un simple détail. Mais une vraie matière à réflexion et d’action. 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion