article comment count is: 0

Du sucre à base du sorgho blanc bientôt au Burundi

Depuis ce mois de février, dans la province Muyinga, une société ougandaise dénommée JitMat Ltd a débuté les activités de construction d’une industrie agroalimentaire qui fabriquera divers produits, dont le sucre à base du sorgho blanc. En décembre 2023, le ministre en charge de l’agriculture avait annoncé, que cette société allait appuyer dans la production du sucre en grande quantité. Est–ce possible d’extraire le sucre à partir du sorgho blanc ? Serait-ce la solution à l’insuffisance du sucre qui s’observe au Burundi depuis des années ?

 Sur la colline Rukinzo dans la commune Gasorwe de la province Muyinga, sera érigée une usine de production du sucre à base du sorgho. Le chantier de construction de cette usine est en cours depuis le début de l’année. Ce projet innovateur est l’initiative d’une société ougandaise JitMat Ltd. Cette dernière se veut valoriser le sorgho en exploitant ses multiples utilisations notamment la production du sucre, de l’éthanol et les aliments pour les animaux.

Le responsable de la société rassure que le sorgho blanc contient un niveau de saccharose dans ses tiges. Cela en fait une source appropriée pour la production du sucre. Et de rassurer que des unités de transformation de pointe seront mises en place. Le projet va faire l’extraction, la raffinerie et le conditionnement du sucre pour la consommation locale et l’exportation.

Selon nos sources à l’Isabu, le sorgho est une graminée céréalière et fourragère d’origine tropicale qui comprend plusieurs espèces. La plante du sorgho serait domestiquée au Burundi à partir de l’Afrique de l’Est. Habituellement, le sorgho est cultivé au Burundi pour son grain utilisé en alimentation humaine. Malté et fermé, il est consommé sous forme de boisson alcoolisée (bière de sorgho).

Il reste à voir et à goûter ce sucre du sorgho. D’habitude, les Burundais consomment le sucre provenant de la canne. Le Ministre en charge de l’agriculture, Ir Prosper Dodiko avait annoncé, en décembre 2023, que cette société appuiera dans la production du sucre en grande quantité. Va-ton oublier la pénurie du sucre produite par la Sosumo ? Rappelons que cette dernière détient jusqu’aujourd’hui le monopole de production et d’importation du sucre.

Un expert nous en dit long

Selon le Professeur Pascal Kakana, les plantes mettent en réserves des sucres qui sont énergétiques. Les sucres sont aussi des réserves d’énergie pour les plantes. Mais il y a des plantes appelées amylacées qui ne conservent pas les mêmes types de sucre. Par exemple, dans les pommes de terre, il y a la réserve de l’amidon. Les cannes à sucre regorgent quant à eux de saccharose. C’est pourquoi quand on consomme de la canne à sucre, on constate le goût du sucre.

Les plantes amylacées contiennent du saccharose à un niveau élevé. Pascal Kakana fait savoir que le taux de composition qui est rentable pour produire du sucre est de 10 à 16 %. Seule la canne à sucre qui vit dans les pays tropicaux et les betteraves sucriers, dans les pays tempérés, contiennent du saccharose à un niveau suffisant, précise-t-il. « D’ailleurs, on ne pourrait pas parler du sucre de sorgho, mais plutôt le sucre de la tige du sorgho », nuance le professeur Kakana. Pour lui, il se pourrait qu’il y ait des variétés de sorgho blanc, dont les réserves d’énergie contiennent du saccharose dans leurs tiges.

« A propos de la tige du sorgho, que ça soit rouge ou blanc, il y a du saccharose, mais à une quantité faible. Peut-être qu’il existe des variétés qui ont du saccharose à un niveau plus supérieur par rapport aux autres variétés cultivées au Burundi », explique-t-il tout en ajoutant qu’avec les variétés cultivées actuellement au Burundi, il est pratiquement impossible.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion