article comment count is: 0

Revue de presse de la sous-région

De Kinshasa à Kampala, en passant par Bujumbura, l’actualité des pays des Grands-Lacs de la semaine écoulée a été riche et variée. Tshisekedi  veut devenir le chantre de la paix dans la sous région. Toujours en RDC, la star de la musique congolaise Werrason vient de connaître une déconvenue avec l’interdiction de diffusion publique de sa nouvelle chanson « Protège base ». L’actu de la semaine, c’est aussi la mort du président du parlement ougandais. Les détails, c’est dans les lignes qui suivent.  

Le président congolais au Burundi en avril ? 

« Je veux faire de cette région de l’Est un havre de paix et de développement, elle a tous les atouts pour cela », voilà les propos fermes et sans équivoques du 1er des Congolais, M. Félix Tshisekedi Tshilombo rapporté par le journal kinois, Le Potentiel.

Très déterminé à ramener la paix, tant en RDC que dans l’ensemble de la région des Grands-Lacs, le président Félix Tshisekedi fait de cette question une obsession, lit-on dans le quotidien kinois. Mais en pratique, comment le président congolais se donne-t-il les moyens pour atteindre ses ambitions ? Après avoir entrepris la mutualisation des opérations militaires avec l’Ouganda, le chef de l’État congolais a rencontré son homologue rwandais, Paul Kagame, en Jordanie où ils prenaient part à une rencontre de haut niveau qui devrait tabler sur l’économie, le commerce et la sécurité. Après cette étape, le président congolais se rendra, en avril, au Burundi pour rencontrer le président Evariste Ndayishimiye, écrit Le Potentiel de Kinshasa. 

La chanson « Protège base » de Werrason interdite en RDC

La star congolaise Ngiama Makanda Werrason  vient de voir sa toute nouvelle chanson recalée par la commission nationale de censure (CNS). Comme l’annonce nos confrères du site internet de Radio Okapi, qui rapporte les propos de Didi Kelokelo, le directeur de CNS « Il avait été demandé à l’orchestre Wenge Musica Maison Mère lors de l’entretien de l’autorisation de la diffusion de cette chanson, d’élaguer toutes les paroles obscènes contenues dans ce clip ». Selon toujours nos confrères, la CNS s’est offusquée que la chanson soit balancée intégralement sur les différentes chaines de télévision et radio de la place. 

Quant à l’artiste-musicien Werrason, président de l’orchestre Wenge Musica Maison Mère, il a dit qu’il n’y avait aucune parole obscène dans cette chanson. Et d’accuser la CNS de vouloir tuer la culture congolaise pour rien. 

Cette incompréhension a conduit la CNS à hausser le ton. « Comme ils n’ont pas obtempéré à la décision, on a interdit la chanson. Même si aujourd’hui ils modifiaient, on ne va plus accepter la chanson modifiée parce que ça sera encré « dans la tête du public » », a fait savoir  Didi Kelokelo  à nos confrères du site de la Radio Okapi.   

Décès du président du parlement ougandais 

Jacob Oulanyah, le chef du parlement ougandais est décédé dimanche dernier aux Etats-Unis dans des circonstances mystérieuses, lit-on dans les colonnes du site de RFI. C’est le président Yoweri Museveni qui a annoncé sa mort dans un tweet, faisant part de sa tristesse, d’après le média français très présent dans la sous-région.  Il a trépassé moins d’un an après avoir accédé à la législature suprême. Il était issu de la communauté Acholi, un peuple du nord de l’Ouganda. La cause de son décès reste inconnue. Que la terre lui soit légère. 

Des échanges commerciaux disproportionnés entre le Burundi et l’Ouganda

Les importations du Burundi provenant de l’Ouganda devancent les exportations. « Le Burundi a importé de l’Ouganda des biens équivalant à 48 millions de dollars en 2020 alors que ses exportations sont estimées à 34 millions de dollars la même année ». Nous lisons cela  dans les lignes du journal Iwacu qui cite  les propos d’Audace Ndayizeye, président de la Chambre fédérale de commerce et de l’industrie du Burundi (CFCIB), c’était dans le cadre d’un forum des opérateurs économiques burundais et ougandais qui s’est tenu ce 23 mars 2022 à Bujumbura. D’après lui, le Burundi importe de l’Ouganda du jus, alors que ce dernier provient des fruits du Burundi : « En mettant en place des usines de transformation, on pourra avoir des produits de consommation à exporter en Ouganda. Ainsi, les Ougandais importeront désormais des produits finis au lieu de la matière première, ce qui fera entrer des devises au Burundi ». Selon le même intervenant, il faut que le Burundi puisse mettre en place des unités de transformation dans le pays pour équilibrer les échanges, rapporte l’hebdomadaire Iwacu.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion