article comment count is: 0

Gitega et ses fous de foot

Hier Musongati Vs Zèbre, aujourd’hui Musongati Vs Flambeau du centre, les derbies du centre cristallisent les passions dans la capitale politique. Les matchs sont devenus des rendez-vous incontournables pour les amateurs du ballon rond. Retour sur cette passion qui est devenue une carte postale de la ville de Gitega. 

A Gitega, la vie est rythmée par le brouhaha et autres clameurs des supporters où se mélangent des cris, des sifflets, des vuvuzelas avant même les matchs. Pendant les rencontres et après les derbies, des prolongations du match sont faites de réjouissance tapageuse pour les vainqueurs et de silence assourdissant chez les vaincus. 

Ce n’est que partie remise, la remontada est vite arrivée, la revanche sera terrible. La prochaine rencontre avant le calendrier est déjà sur toutes les lèvres dans les petits restaurants, au parking des bus ou des motos, dans les garages, dans les cours de récréation,…Le foot est partout. Il a toujours été présent mais bien plus aujourd’hui bien qu’il ait longtemps été considéré comme pratiqué par les jeunes des quartiers populaires dits swahilis.

Il représente la diversité et il est plus accessible à tout le monde. Ce n’est pas tout à fait comme d’autres sports pratiqués dans la ville comme le volleyball ou le basketball considérés comme des sports des enfants issus des quartiers huppés de la ville.

Ballon rond comme cordon

Le football s’est imposé comme un must dans cette ville. Il est rassembleur, unissant petits et grands, pauvres et riches. Ils se retrouvent en parfaite communion, le temps de rencontre et souvent quelques heures après le match. Différentes couches ou classes oublient pendant les 90 minutes ou plus ce qui les sépare pour célébrer et communier ensemble.

Tout le monde est sur la même longueur d’onde. L’espace des deux mi-temps, plus les prolongations quand il y en a, toute la ville retient son souffle, comme si le temps se mettait en mode pause. 

On oublie tout. Toutes les rancœurs, les soucis du quotidien, les inégalités sociales, dans le stade Ingoma, autour de ce terrain sur les pourtours ou dans les gradins, seuls les cris, les chansons au rythme de tambourins des supporters donnent la cadence.

Jaune/vert et  Bleu/blanc donnent le tempo

Pour voir la place significative que ce sport occupe dans la ville de Gitega, il suffit d’assister au derby Musongati FC-Flambeau du centre pour le comprendre: tout Gitega prend des airs de ville morte, les commerces et les bistrots sont fermés. La foule, l’ambiance et les fanfares sont dignes des grands matchs des championnats européens. Des supporters arborent gaillardement les couleurs de leurs équipes, et le plus beau dans tout ça, les joueurs qui mouillent le maillot pour démontrer l’immensité de leurs talents avec des techniques à couper le souffle.

Le tout sera suivi d’un débriefing aux airs du 11 d’Europe sur Canal+ avec un plateau authentique: le centre ville devant l’hôtel Helena, des groupes de supporters rassemblés pour débattre des moments forts du match, des débats souvent houleux qui font la beauté du football et cela jusque tard dans la soirée.

Cela rappelle un certain pays de la légende vivante Pelé (Brésil) où la vie est rythmée par le ballon rond. Tout est football là-bas. A côté d’être la capitale politique, Gitega est en passe de devenir la capitale du foot aussi.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion