article comment count is: 0

Apôtre Apollinaire, ce monument du Gospel burundais

On a tous déjà fredonné « Negereye intebe yawe », « Igituma ndirimba » ou encore « Nzinduwe no kugushima ». On peut ne pas connaître toutes les paroles mais une chose est sûre : ses chansons nous parlent, quelle que soit notre appartenance religieuse. Retour sur cette figure emblématique du Gospel burundais. 

Presque tous ceux qui entendent ses mélodies disent « Niya Apollinaire ». Il y a quelque temps, en prenant un taxi un vendredi soir pour aller dans un culte de louange, en indiquant la destination au chauffeur je n’ai eu qu’à dire : « Kwa Apollinaire ». L’endroit s’est déjà fait une réputation avec son nom. On ne peut pas non plus ne pas parler de ces réveillons de Noël qui ont fait le bonheur de nombreux chrétiens de Bujumbura, sans oublier bien sûr la louange et l’adoration qui ne sont plus à présenter.

Apôtre Apollinaire a su léguer, à travers sa longue carrière musicale, son cœur d’adorateur. Et le succès ne lui est pas monté à la tête car il est resté humble malgré les merveilles qu’il a faites avec son instrument de prédilection : le saxophone. Mais son immense talent ne se limite pas à ce seul instrument. On le retrouve au piano et micro chaque semaine. Et maintenant, il encadre une nouvelle génération, l’instruit et l’oriente.

35 ans de carrière

Que dire de son influence sur les musiciens et les adorateurs très connus au Burundi, mais surtout respectés au-delà de nos frontières, comme Dudu, Fabrice et Maya, David, Willy, Fortran et beaucoup d’autres que nous aimons comme les Redemption Voice, les SMS, Past Lopez, Masezerano, Parfaite et autres ? C’est eux qui entretiennent la flamme que leur a insufflée leur aîné. 

Aujourd’hui, ce monument du Gospel burundais fête son Jubilé d’Or. 35 ans au service du Festival Burundi Himbaza ! Que des moments et des expériences inoubliables !

Star chez nous et au-delà…

Une chose est sûre : Apôtre Apollinaire a impacté le monde de la musique burundaise, mais aussi la sous-région à travers ses chansons qui n’ont pas pris une seule ride jusqu’à aujourd’hui. Chaque jour, au moins une de ses mélodies passent à la radio. Ne parlons même pas de celles qui sont reprises et chantées dans différents cultes ou dans les karaokés des bars de Buja. 

Petite anecdote, très souvent les artistes de la sous-région, aussitôt arrivés au Burundi demandent: « Comment peut-on rencontrer Apôtre Apollinaire ? Ses chansons nous ont beaucoup bénies, c’est un grand frère ». S’il y avait quelqu’un qui douterait encore de son immense talent, ceci est une preuve irréfutable de la renommée de notre artiste qui a déjà franchi les frontières depuis belle lurette.

Comme tous ceux qui fredonnent sous la douche ou reprennent ses œuvres dans les églises ou dans les karaokés, je dis : vous êtes une inspiration cher Apollinaire. Longue vie à vous !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion