Sucre-thé-diabète
article comment count is: 0

Twittoscopie : au cœur de la « SukariGate »

Et si l’on vous disait que tout a commencé à cause du sucre, « isukari » en Kirundi ? Tombée en disgrâce pour avoir spéculé sur ce produit, une élue du peuple a été lâchée par son parti politique puis a perdu son poste au sénat. Ayant accaparé les timelines des Abatwip pendant quelques semaines, la twittoscopie revient encore une fois sur cette affaire d’isukari.

Si la twittosphère burundaise a été en grande partie occupé par les exploits de Fara, cette affaire a grandement fait beaucoup de bruit elle aussi.

Du sucre, Madame !

Cela a commencé avec un communiqué de l’entreprise Sosumo annonçant le retrait de la liste des distributeurs du sucre, de la société de commerce « Family Dan and Stacy » appartenant à l’Honorable Spès Caritas Njebarikanuye. En effet, il s’est avéré que celle-ci vendait son sucre à un prix élevé par rapport à celui fixé par l’État. Dans la foulée, elle a dû s’acquitter d’une amende administrative de 2millions de Fbu. Jusque-là tout va bien. Mais chez les tweeps burundais, une telle affaire ne pouvait pas s’arrêter là. 

« La SOSUMO devrait être poursuivie en justice pour délit d’avantage injustifié… » dit-il. Waouh ! Personne n’avait vu cela venir.

Et voilà que les réactions fusent de toute part sur le réseau de Jack. 

C’est la réaction de l’éminent professeur Léonce Ndikumana qui a retenue l’attention de nombreux Abatwip.

« Lamentable, voilà l’un des vrais handicapes au développement du secteur privé : monopole… ».

D’ailleurs, le mot « monopole »  a été évoqué plus d’une fois.

« Et si le problème se situait au-delà de la fraude ou d’une simple spéculation… » s’interroge encore cette Umutwip.

Et si dans sa nature le Murundi n’aime pas être en compétition ? Se demande cet autre Umutwip…

Mais il y a quelques années, la SOSUMO allait avoir un concurrent non ? 

Mais si M. Eddy ! D’ailleurs Yaga a consacré un article à ce sujet.

Selon ces autres Abatwip, il y a encore des non-dits dans cette affaire.

Cette affaire d’isukari permettra-t-elle de débusquer d’autres hautes personnalités de l’État impliqués dans d’autres affaires louches ? Cette question a d’ailleurs fait l’objet d’une discussion assez tendue entre deux géants du monde des médias au Burundi. Bob Rugurika, Directeur de la Radio RPA et Antoine Kaburahe, fondateur du groupe de presse Iwacu. 

Suite à un éditorial qui est revenu sur l’implication des hauts cadres du gouvernement dans les affaires économiques du pays, les deux « éléphants » se sont lancé des piques (en tout respect bien sûr). Heureusement, l’herbe de Twitter a survécu.

Clôturons notre chapitre avec la question de cet Umutwip

La tempête après le calme…

Ce qui devait arriver, arriva. Le sénat burundais sur son compte Twitter a annoncé avoir remplacé Madame Spés-Caritas Njebarikanuye à son poste de vice-président de cette institution.

La mesure a été ovationnée par le parti de l’aigle, dont la malheureuse déchue est issue.

Pour les Abatwip, la sénatrice aurait dû démissionner avant.

 

Mais ce qui est venu amuser encore la twittosphère burundaise, ce sont les deux tweets du porte-parole du sénat. Le premier, rapidement supprimé, démentait l’éviction de la sénatrice. Et c’est après quelques minutes, qu’il a fait savoir que son téléphone avait été volé. 

Mais c’était sans connaître la clairvoyance des Abatwip. Ils avaient déjà pris une capture d’écran du premier tweet et se sont bonnement moqués du porte-parole avec leur fameux VAR.

Le second tweet aurait été supprimé aussi. Mais on a gardé les réactions de ces sacrés Abatwip. Pourquoi pas ? Ils aiment s’amuser autour de l’actualité, et nous on adore ça.

Et c’est sur cet humour aussi sarcastique que nous clôturons notre tour du réseau à l’oiseau bleu. Mais en tout cas, la « SukariGate » est loin d’être clôturée.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion