article comment count is: 0

Le spleen de Clara

Si tôt la vie a enlevé la magie de son sourire,
Obligée de courir, alors que tous font fi de ses soupirs
Au petit matin elle traversait les rives
Je l’ai vue grimper les montagnes
A la quête du pain malgré la vie et ses hargnes

Je l’ai vue saigner sans serviettes ;
Douleur abdominales réduisant sa vie en miettes,
Je l’ai vue suer, lavant les habits d’un mari soulard
Je l’ai aperçue portant sur son dos un môme pleurnichard.
Je l’ai sentie plonger dans les tourments de la vie,
Baigner dans la détresse car on n’écoute pas son avis,
Chosifier par son mari qui n’écoute que ses envies

Ils disaient,
Le genou ne porte jamais le chapeau quand la tête est sur le cou,
Se soumettre, céder, sans résister aux les coups.
Elle doit résister à tout, sa fierté vaut ce coût

Ils usaient,
Les coutumes et les traditions, juste pour l’écraser
Elle ne peut pas se défendre sans que le monde jase
Elle a vu ses droits disparaître
Ishirasoni que tout le monde doit connaître

Ils disent : « Niko zubakwa »
Ils pensent : ‘’Ni karago kabaraye
Ils ne veulent pas que je brise les barrières
Elle est affamée et assoiffée de liberté,
Elle est battue ou violée
Mais elle est vivante et fière !

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion