article comment count is: 0

Justice: où en est-on avec la campagne de révision ou d’annulation des dossiers ?

Le ministère de la Justice a lancé, samedi 24 octobre 2020, une campagne de traitement des demandes en révision ou en annulation des dossiers. Après quatre mois, les résultats ne sont pas fameux. Le bâtonnier du Barreau de Bujumbura trouve que ça traîne, mais le ministère rassure.

Cette campagne a été organisée « en vue de rapprocher la justice aux justiciables » et s’est déroulée dans toutes les provinces du pays. Elle devait durer un mois  à partir du 28 octobre 2020, selon le communiqué de la ministre de la Justice, Madame Jeanine Nibizi. Bientôt quatre mois après le lancement de cette campagne, les résultats ne sont pas encore connus.   

La porte-parole du ministère en charge de la Justice donne un bilan de plus de 3400 dossiers des justiciables reçus pour demande d’annulation ou de révision de leurs jugements. Justifiant ce retard, Cynthia Orly Irakoze indique que le traitement de ces dossiers demande beaucoup de temps vu leur nombre et leur volume. Le ministre a donc accordé un délai supplémentaire de deux semaines aux équipes chargées de traiter ces dossiers, et cela sur demande des justiciables, précise-t-elle. 

« Une campagne qui allégeait les souffrances des justiciables »

La chargée de la communication du ministère souligne l’impartialité de cette campagne. « Les justiciables se sont rendus eux-mêmes au siège du ministère de la Justice à Bujumbura pour demande la révision ou l’annulation. Cela a permis d’éviter autant que possible les cas de corruption et c’est dans le but de garantir l’impartialité des décisions », explique Mme Irakoze. Elle assure en outre que les décisions issues de cette campagne vont bientôt sortir pour alléger les souffrances des justiciables. 

Une initiative salutaire mais qui prend trop de temps

Pour le bâtonnier du Barreau de Bujumbura, il faut que le ministère de la justice rende publique toutes les décisions issues de la campagne. Me Jean de Dieu Muhuzenge dit attendre avec impatience que la volonté et les paroles se transforment en action. 

Ce juriste s’interroge néanmoins sur la régularité des démarches entreprises dans le cadre de cette campagne. « Est-ce qu’ily a eu demande du ministère de la justice au Procureur Général de la République pour saisir la cour suprême en rapport avec les décisions de révision ou d’annulation envisagées par le ministère ? », se demande Me Muhuzenge. 

Il demande ainsi au ministère de la Justice que les règles de droit soient respectées dans l’accomplissement du souhait du Président de la République.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion