article comment count is: 0

Son business l’a aidé à résister à l’instrumentalisation politique

Au moment où  les jeunes se sont prêtés facilement à la manipulation politique, Antoine n’a pas cédé. Grâce aux petits bénéfices que lui procure son business, il a pu satisfaire ses besoins essentiels. N’eut été cette autonomie financière, il aurait pu succomber aux sirènes de l’instrumentalisation que certains politiciens n’hésitent pas à utiliser pour atteindre leur but. Témoignage.

Quand on parle de l’importance de l’entrepreneuriat, beaucoup de jeunes voient seulement un gain pécuniaire pour se tirer de la pauvreté ou du chômage.  Ce n’est pas l’avis d’Antoine, un jeune de la zone  Rumonge.  D’ailleurs, il avoue que son business lui rapporte un gain moyen. « Je ne gagne pas beaucoup d’argent avec mon business. Je n’ai même pas encore construit une maison ». 

Pourtant…

D’après ce jeune homme, n’eut été son activité génératrice de revenus rapportant le peu d’argent, il se serait peut-être laissé instrumentaliser par les politiciens. Antoine fait savoir que  ses amis tombent souvent dans ce piège. Son affaire, si elle ne lui rapporte pas assez, elle l’aide au moins à résister à la manipulation politicienne. 

Selon Antoine, certains politiciens instrumentalisent les jeunes désœuvrés pour provoquer ou intimider leurs adversaires politiques. Sans aucun espoir, sans perspectives d’avenir, les pauvres gens n’ont rien à perdre. Ils acceptent donc facilement les directives manipulatrices des politiciens véreux.  « Ces jeunes ne peuvent pas refuser une somme de 2000 ou de 5000 BIF parce qu’ils n’ont aucune source de revenus.», enchaine Antoine.

 « Personne ne peut plus acheter ma conscience »

Grâce à un petit capital de 100 000 BIF, Antoine vend du poisson et des fruits. Avec les petits bénéfices tirés de son commerce, il peut couvrir ses besoins essentiels. C’est, selon le jeune homme, cette activité génératrice de revenus qui l’a mise à l’abri des sollicitations politiques malhonnêtes qui ne sont finalement pas sa tasse de thé : « Je ne suis pas apolitique. Mais, grâce à mon petit business, j’ai pu résister à la ruse des politiques qui ont tenté d’acheter ma conscience », témoigne Antoine. Et d’ajouter que le business est un bon moyen de se développer, mais surtout de maintenir la paix.

Ce témoignage sort de l’ordinaire. Il met en exergue le rôle de l’autonomisation économique des jeunes dans la sauvegarde de la paix et de la cohésion sociale. Certains politiciens profitent du désespoir des jeunes désœuvrés et les manipulent honteusement pour conquérir ou s’accrocher au pouvoir. Ils se préoccupent peu ou pas des intérêts de ces derniers. Le cas d’Antoine prouve qu’entreprendre des activités génératrices de revenus contribue à la prévention de l’instrumentalisation politique.

 

Cet article s’inscrit dans le cadre du projet EEYP – Economic Empowerment of Youth towards Peacebuilding and Crisis  Prevention in Burundi  soutenu  par  IFA et exécuté par WAR CHILD  et  AJEBUDI-YAGA

 

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion