article comment count is: 4

#ThePoliticianWeWant : Kibago, au-delà de la réputation de Jimbi

La commune Kibago a tous les privilèges pour être très productive. Presque toutes les variétés de cultures vivrières y poussent : des haricots, des maniocs, de la banane, etc. C’est la raison pour laquelle elle est considérée comme le grenier des autres communes environnantes, qui viennent s’approvisionner en vivres à bas prix. Toutefois, les défis ne manquent pas pour son développement…

Située au sud du Burundi, précisément dans la province de Makamba, la commune de Kibago se trouve au carrefour de Mabanda, Kayogoro, Makamba et la rivière Malagarazi la démarque de la Tanzanie. 

Vu sa position géographique, elle serait la commune la plus avantagée pour le développement. Malheureusement, le manque de voies routières propices au commerce est une barrière redoutable pour son émergence économique.

Jimbi, une colline pas comme les autres

Les habitants de la zone Kibago plus particulièrement de la colline Jimbi, le chef-lieu de la commune, ont des drôles d’habitudes. Dans le marché de Jimbi, on n’y trouvera pas des produits issus de leur récolte comme le manioc, la banane ou les haricots. Ils pensent que personne ne peut venir les acheter sous prétexte que chacun en a chez soi. Ils préfèrent les acheminer vers l’extérieur comme Mabanda ou Kayogoro. 

Cependant, la consommation et la commercialisation de la bière locale, « Urwarwa », occupent une place non négligeable. « Vous voulez investir à Jimbi ? Venez ouvrir un bistrot », martèle Marc, un enseignant rencontré à Jimbi. Je ne peux pas oublier de signaler en passant que nous n’avons pas trouvé un seul restaurant à Gitaramuka. 

Des défis

Les jeunes de kibago ne sont pas à l’abri des défis. Rencontrés à Jimbi, Pierre  et Marc sont des enseignants dans cette commune. Ils nous racontent le calvaire des jeunes de Kibago. Fortement touchée par des conflits ethniques, « la  zone de  Jimbi en particulier semble être réticente à saluer les initiatives des jeunes qui  combattent pour lutter contre le chômage », déplore Pierre. Peu de jeunes pensent réaliser leurs activités commerciales de peur d’être tués. Et cela arriverait souvent. Selon Pierre, ceux qui désirent faire le commerce préfèrent alors s’implanter à Mabanda, Kayogoro à Makamba centre. 

À la différence de Kibago (Jimbi), les deux autres zones dont Kiyange et Bukeye, les gens y sont ouverts aux activités de développement. Certains jeunes se lancent dans le commerce ou dans l’agriculture du manioc. Pourtant, le manque d’électricité et l’état des routes qui laissent à désirer fait aussi un des éléments majeurs qui sapent le développement de leur commune. Ça devient une barrière dans la réalisation de certains projets. L’eau potable reste aussi un problème dans bien des collines composant la commune. 

La jeunesse de Kibago ne veut pas rester indifférente face à ces défis. Pierre  et Marc proposent la construction des infrastructures durables et modernes car ils sont conscients que  c’est le canal principal du développement. La première chose serait de construire des routes macadamisées, des hôpitaux, des écoles et des marchés adaptés au besoin du moment.

Leur choix se portera sur…

Pour les élections de 2020, les jeunes de Kibago souhaiteraient avoir des dirigeants dotés d’un esprit réconciliateur et pour pacifier leur commune qui a connu des conflits ethniques. Les dirigeants qui pourront s’atteler aux questions liées au chômage, apporter des solutions innovantes pour le développement intégral de leur commune en facilitant la bonne connexion de Kibago avec  le monde extérieur…  

Le nouveau dirigeant devrait être coopératif et humble face au bas peuple. « Nous voulons un leader, qui prône de nouvelles idées, qui apporte du sang nouveau et qui gouverne pour tous sans aucune  discrimination sur le genre ou différences politiques, régionales, religieuses ou autre prétexte », précise Marc. 

Connue principalement par la colline Jimbi, le chef-lieu de la commune, Kibago a 3 zones dont Kibago, Kiyange et Bukeye et s’étend sur une superficie de 282km2. Elle comptait 44.978 de la population lors du dernier recensement de 2008.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. Naho wohanura abadandaza ngo biyungane na compagnies d’assurance KUKWIRINDA AGAHOMBO MUGIHE YA MIRIRO IHORA IVUGWA MU MASOKO YOKWAKA, il y aurait trop de risques a assumer pour ces compagnies A CAUSE DE CES MAISONNETTES COUVERTES EN HERBE ET TRES SERREES.

  2. Je crois que ces informations arrivent au sommet de l’Etat. LA Commune kibago a beacoup de potentialités économiques mais manque les infrastructures publiques comme: les routes,les hopitaux,les marchés, les écoles adaptés aux besoins locaux, l’eau potables,etc. La restauration et l’exploitation rationnel du lac cuzwe détruit en 1996 par le Paysan agriculteur Mazuru en zone Kiyange serait aussi un attout important au dévelopement économique de la commune Kibago

  3. Le problème majeur est l’absence de routes et des établissements sanitaires adaptés. La commune a un aussi défi de ne pas avoir de représentants de taille au niveau des hautes institutions étatiques depuis longtemps ce qui fait qu’elle parfois oubliée!!Nous pensons que ce message est arrivé aux responsables du pays.

  4. Etant un des natifs de Jimbi/kibago je trouve que le nanque de developpement de la commune Kibago est du aux mauvais dirigeants de cette commune depuis les années 80. Aucun des administrateurs de cette commune n’a songé au développement contrairement aux communes avoisinnantes telles que mabanda, kayogoro, nyanza-lac et makamba. Le manque d’infrastructures sociales est du au laisser-faire des autorités. Les dirigeants que nous voulons à kibago sont ceux qui songent aux intérêts de la population et ceux qui peuvent changer les mentalités de la population sinon la richesse naturelle de kibago »terre fertile » ne servera en rien et la commune restera toujours la dernière dans le développement.