article comment count is: 2

« La mairie de Gitega » : un nom qui irait bien à la capitale du Burundi ?

Ce 4 février 2020, la ville de Gitega a soufflé sa première bougie en tant que capitale du Burundi. Comme Paris qui ne s’est pas fait en un seul jour, Gitega fait de son mieux pour mériter ce nom. Et si elle devenait une mairie pour mieux porter ce nom de capitale du Burundi ? Analyse.

C’était le 4 février 2019. Il y a une année. Via le décret-loi n°1/04, Gitega est décrétée capitale politique du Burundi. Personne n’y croyait. Les défis étaient légions comme le sable du lac. Mais, comme des œufs à casser pour faire l’omelette, Gitega est en train d’évoluer pour donner une belle image digne d’une capitale. De nouvelles routes ont été construites et goudronnées, d’autres réhabilitées, bitumées, et s’ornent déjà de pelouses et de fleurs.

Grâce à ces routes goudronnées, les quartiers Shatanya, Musinzira et Stade ont changé de look. Le stade Ingoma a été retouché et est flambant neuf. Des immeubles ici et là, de nouveaux hôtels en étages, émergent de la terre comme des champignons. Même un espace vert « Ku Ngoma », avec ces karaokés, offre un séjour agréable au visiteur.

Une ville en expansion

S’il y a une ville en pleine expansion, c’est bel et bien la ville de Gitega. La ville abrite actuellement plus de 20 quartiers. Du quartier Bwoga à Nyabiharage, en passant par les quartiers du centre-ville, la ville s’agrandit à pas de géants. Des quartiers Karera et Nyabisindu vers Rutonde ou Masanganzira, on s’aperçoit que la ville grandit de jour le jour. Des nouveaux quartiers comme Rweza et Musave naissent à la manière de Kiriri et Nyabugete. Des bus trans-ville et d’autres reliant le centre-ville aux autres communes de Gitega, viennent même d’être installés pour faciliter cette circulation intense.

Et si Gitega devenait une mairie ?

Tous les ingrédients sont là. La commune de Gitega est déjà scindée en deux : la ville de Gitega et la partie dont on surnomme « Gitega rurale ». Tout à fait à la manière de la mairie de Bujumbura et la province de Bujumbura connue sous le nom de « Bujumbura Rural ». La loi n°1/016 du 20 avril 2005, portant organisation de l’administration communale, est en faveur. Dans l’article n°2, la commune peut être rurale ou urbaine, et c’est la loi qui détermine les agglomérations qui, compte tenu des critères objectifs d’expansion démographique, de croissance économique et de localisation dans un périmètre urbain, peuvent être érigées en une ou plusieurs communes urbaines. Alors, que ce qui manque avec la ville de Gitega ?

Selon un cadre administratif à Gitega, sous couvert d’anonymat, ce qui manque c’est une loi spécifique comme l’article n°3 le décrit et comme ça a été le cas avec le décret-loi n°1/40 du 26 novembre 1992 pour la mairie de Bujumbura, en vue de déterminer la délimitation du périmètre urbain et l’organisation de cette « mairie de Gitega », qui fera un gain de plus à la ville pour mieux porter le nom de capitale politique du Burundi.

Mais, tout cela sera impossible si l’installation des institutions ne suit pas le projet de déménagement de la capitale politique, car actuellement, aucun ministère n’est basé à Gitega, sauf le sénat burundais. Si ce n’est pas le cas, comme un billet de Yaga l’a si bien dit, Gitega risquera de subir le sort des autres capitales politiques « fictives » connues en Afrique, comme Yamoussoukro en Côte d’Ivoire ou Dodoma en Tanzanie.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)