article comment count is: 1

Les leçons de la Covid-19 : la nécessité de la digitalisation des services au Burundi

En mai de cette année, Facebook a annoncé un plan sur le long terme de mettre 50% de ses employés au télétravail. Du coup, je me suis mis à réfléchir si une telle chose serait possible au Burundi. Bien évidement, cela ne m’a pas pris plus de 30 secondes pour y répondre par la négative. Toute chose ayant un début, commençons au moins à rendre certains de nos services accessible sur le net.

Dans un pays comme le Burundi où pour avoir de simples informations administratives, tu dois faire la queue debout, les uns collés aux autres pendant une demi-heure dans une pièce exiguë sans ventilation, il est facile d’imaginer la propagation des maladies ou la perte de temps que cela occasionne. 

Et c’est ici qu’intervient l’E-gouvernance ou gouvernance électronique. C’est l’application de l’informatique dans la prestation des services gouvernementaux. Non seulement cela fait que les services de l’État soient rapides, mais aussi plus accessibles et pratiques. Dans un monde post Covid-19, ce qui n’est pas encore gagné, étant donné qu’aucun médicament efficace ou vaccin n’ont été découverts à ce jour, il serait important pour des raisons sanitaires et de bonne gouvernance, de rendre les services gouvernementaux plus accessibles au peuple via internet.

Le Burundais ayant la chance d’avoir (ou devrais-je dire avait) une bonne connexion, accessible presque sur tout le territoire national et surtout à moindre coût, l’État devrait en profiter pour se lancer dans la digitalisation de ses services. Il a été prouvé que pour un petit pays comme l’Estonie, l’e-gouvernance fait gagner au pays des années de travail par an. Cela est aussi possible dans des pays africains tel que le nôtre, la preuve en est que dans un pays voisin, il est possible de créer son entreprise, de payer les amendes de la police en ligne, faire la demande de carte d’identité ou documents de voyage et les renouveler, enregistrer les nouvelles naissances, demander son attestation de non-poursuite judiciaire, etc. Pourquoi pas au Burundi ? 

Certes, cela demande quelques réformes, par exemple l’adoption des NTICs par les prestataires de services et les utilisateurs, le matériel informatique conséquent, l’électricité et j’en passe. Mais tout cela peut être une aubaine pour les jeunes diplômés sans emploi qui se feront un plaisir d’aider contre rémunération. 

E-gouvernance pour booster le business

Le commerce est l’un des secteurs qui ont été le plus durement frappés par le Covid-19, les entreprises devront se réinventer et être plus concurrentielles. Des solutions telles que les déclarations des revenus en ligne, le paiement des taxes, la création des entreprises en ligne, etc. ne pourront que rendre nos entreprises plus compétitives. 

Dans un monde qui se tourne de plus en plus vers l’e-commerce, les entreprises burundaises ont besoin d’avoir un moyen de recevoir les paiements en ligne pour apporter nos services et produits sur le marché international. Il est pour le moment impossible de se faire payer et recevoir les fonds instantanément sur une carte visa. Cela aiderait aussi à canaliser toutes ces devises qui passent dans des canaux informels. 

Si le gouvernement pouvait aller plus loin dans le sens des facilités initiées par l’Office burundais des recettes, qui offre un service de paiement électronique des droits et taxes douaniers, cela assurerait un environnement sans tracas pour les affaires et l’entrepreneuriat. L’e-gouvernance rendrait ces services plus rapides en limitant le temps d’attente et aiderait à diminuer sensiblement de la corruption.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. La confiance mon ami…. le Burundi n’est pas prêt pour telle innovation (même dans un futur lointain) car sa population tourne sans cesse en rond dans un jeu de confiance où seuls les plus rusés et riches gagnent. Si tout devient digital, imagine le nombre de personnes qui se fairaient extorquer de leurs biens sans une police intelligente capable de les protéger… ceci n’empirerait que le niveau de corruption déjà en hausse dans ce pays. Donc, une chose à la foi: d’abord une population joyeuse et confiante, étant sûre qu’aucun malfaiteur derrière l’écran pourrait voler ses coordonnées bancaires 🙂