article comment count is: 5

Défrisage et tressage excessif : SOS pour vos cheveux

Au Burundi, la saison sèche a rimé avec fêtes. Et qui dit fêtes chez nos consœurs, sous-entends défrisage ou tressage, histoire d’être jolie et présentable. Toutefois, défriser ou tresser ses cheveux à un rythme effréné, n’est pas sans conséquence… 

Avec juillet et août alors, défriser ou tresser ses cheveux devient une tendance, voire un must. Il n’y a pas un week-end qui passe sans une fête de dot ou de mariage, non il n’est pas question d’y aller sans passer chez le coiffeur. « Qui sait si mon futur mari ou amant n’est pas dans cette fête-là ? Voilà pourquoi il faut une coiffure qui passe », confie une amie. Et plus les fêtes sont nombreuses, plus les cheveux des citadines deviennent les habitués des salons de coiffure pour dame. Mais ces techniques de coiffage ne sont pas sans risque sur la santé. Faut-il en payer le prix ?

Un dermatologue explique

Dr Mupera Elie est dermatologue. Il explique que la technique du défrisage a pour but de donner un aspect plus souple ou lisse aux cheveux frisés, crépus ou bouclés. Pour y parvenir le défrisage s’appuie sur des produits actifs qui vont provoquer une altération définitive de la structure du cheveu. Et quand on applique ces produits chez les enfants, alors que leurs cheveux sont encore immatures, c’est encore pire.

Pour ce médecin, plus tu vas défriser tes cheveux, plus tu les fragilises et ils deviennent alors poreux, rêches, cassants, et perdent toute leur brillance. Cela peut être à l’origine de l’alopécie. L’application excessive des défrisants entraîne des risques de brûlures, et peuvent engendrer la puberté précoce s’ils sont appliqués chez l’enfant, à cause des composants oestrogéniques contenus dans les défrisants, interférant avec le système hormonal. Cela explique pourquoi un défrisage excessif peut entraîner des fibromes chez la femme. De même pour les tresses, le docteur explique qu’excessivement et s’ils sont trop serrés, sont à l’origine des migraines chroniques.

Des erreurs à éviter

Que ce soit avec le défrisage ou le tressage, certaines erreurs peuvent laisser de très mauvais souvenirs. Ils sont alors à éviter selon Dr Mupera. D’un, la science médicale s’accorde à dire qu’on ne doit pas défriser les cheveux d’un enfant avant qu’il n’atteigne la puberté. C’est là que la chevelure est capable de mieux supporter ces produits. De deux, il faut limiter l’opération de défrisage à trois fois par an maximum pour le défrisage thiolé, et respecter un délai minimum de six semaines entre deux défrisages alcalins. 

Et pour les tresses, il est conseillé d’observer un repos d’au moins un mois avant de faire de nouvelles tresses, ou de te défriser les cheveux. De trois, si tu as fait une coloration des cheveux récemment, ou que tu as des pellicules, attends au moins 15 jours avant de te défriser pour diminuer le risque de casse de tes cheveux. De quatre, il faut se laver fréquemment les cheveux quand ils sont tressés, une fois par semaine à l’aide d’un shampoing liquide. Des tresses restées longtemps sans lavage sont malodorantes, hébergent des bactéries, et causent des démangeaisons du cuir chevelu.

Loin de là l’idée de vous faire peur. Défriser ou tresser les cheveux n’est pas mauvais, c’est l’excès qui est dangereux. Une femme avertie en vaut deux. À bon entendeur, salut.

 

Bonjour,
Avez-vous deux minutes ?
Yaga voudrait vous solliciter pour remplir ce questionnaire en rapport avec l’aide au développement au Burundi. Nous garantissons votre anonymat et les données recueillies seront ensuite détruites.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. C’est très étonnant que l’article cible la population burundaise, alors que le défrisage des cheveux est fléaux chez les femmes noires. Pourquoi pas le Rwanda ou le Congo? Et tellement d’autres si on veut être vraiment honnête. Mais on n’est pas vraiment là dedans ! Même en santé publique, la politique des médias reste aussi partiale, en stigmatisant un peuple, qu’on sait très bien qu’il n’a plus envie de jouer la géopolitique à l’occidentale, autrement dit le néocolonialisme. Je sais que ce message ne sera peut-être pas relayé…ou peut-être si… Qui sait?

  2. Bonjour, je vis à Bruxelles et je toute une histoire de défrisants ,mais aujourd’hui j’ai dis stop aux défrisants ayant vécu des conséquences honteuses ,je porte aujourd’hui avec fierté mes cheveux crépus, en plus je ne dépense plus dans ces histoires là , c’est comme la cigarette on devient accro.