Chine Afrique
article comment count is: 4

« On abuse de la gentillesse de l’Afrique noire ! »

Lorsqu’il y a une crise, une pandémie, on cherche toujours des boucs-émissaires : en Chine, c’est l’Africain. Comme si cela ne suffit pas, deux médecins français ont proposé des tests de vaccins contre le Covid-19 en Afrique. L’année passée, le locataire de la Maison blanche a taxé l’Afrique dun continent de merde. Trop c’est trop. 

Je commencerai par rendre un grand hommage à nos aïeux panafricanistes que nous connaissons tous. La tâche n’a pas été facile pour eux de défendre les intérêts des peuples noirs. Reste à savoir s’ils ont été compris et par leurs descendants et par les autres peuples. La semaine passée, nous avons été nombreux à visionner sur tous les réseaux sociaux des vidéos montrant les traitements inhumains, dégradants qu’ont subis les ressortissants africains dans l’empire du milieu. 

Ici, je ne parle pas de nombreux autres cas isolés que subissent les ressortissants du berceau de l’humanité dans plusieurs pays. Des commentaires xénophobes de tout acabit fusent de partout. D’aucuns se demandent qu’est ce qui manque à l’Afrique pour un minimum de respect.

La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit

Il ne faut pas être idéaliste. Les relations internationales sont guidées par les intérêts et la hiérarchie des puissances. Avec la montée en puissance de la Chine, nombreuses ont été des analyses parlant de l’équilibre et beaucoup de dirigeants africains se sont réjouis d’une nouvelle coopération gagnant-gagnant. Et par la même occasion, ils dénoncent l’impérialisme occidental. Il ne serait pas imprudent de dire que la Chine aurait fait exactement la même chose ou pire par rapport à ce qu’ont fait les colonisateurs européens si elle avait eu une colonie. 

L’internationaliste Pascal Niyonizigiye précise que les Chinois ne font pas un travail de « bon samaritain », ils escomptent en retour beaucoup de choses, notamment l’exploitation des richesses naturelles, décrocher le plus de contrats de construction d’infrastructures en Afrique et profiter de sa main d’œuvre importante (60% d’Africains ont moins de 25 ans). Pour rappel, le nouvel immeuble de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, « don de la Chine aux amis de l’Afrique » serait piraté jusqu’aux moindres détails . 

Les riches coopèrent, les pauvres se divisent

C’est devenu une tradition. Lorsqu’on s’attaque aux intérêts africains, impuissante, cette instance se contente des déclarations. Pas plus. L’universitaire et auteur de « Africa unite », Amzat Boukari-Yabarak, souligne que comme l’Organisation de l’unité africaine (OUA), l’UA ressemble à un cénacle de dirigeants âgés, souvent mal élus, très éloignés des populations qu’ils sont censés représenter et trop dépendants des grandes puissances internationales, qu’elles soient européennes, américaines ou asiatiques. L’autre limite est à situer au niveau financier. L’union africaine vit des cotisations des États membres parfois irrégulières mais aussi et surtout des donations des grandes puissances. 

Regardons en face une autre réalité : il est plus facile pour un Français, un Canadien, un Japonais, un Américain, etc. de circuler, s’installer partout où il veut dans le monde. Mais les Africains sont punis doublement. Autant, il leur est difficile voire impossible de visiter le centre, autant il est difficile et/ou risqué pour eux de voyager à l’intérieur du continent. Cela s’explique par des conflits intra-étatiques et interétatiques qui limitent toute tentative d’union. En témoigne à suffisance les imbroglios diplomatiques au sein de l’East African Community, les violences xénophobes en Afrique du Sud, qui serait pourtant mieux placé pour jouer le rôle de pivot en tant que première puissance africaine.

Together we stand, divided we fall

Mon argumentaire n’est pas d’appeler à la xénophobie mais plutôt à la prise de conscience, à repenser nos relations avec nous-mêmes, avec le reste du monde et à civiliser nos conflits comme nous le rappelle le philosophe camerounais Achille Mbembe. Certes, l’Afrique est plurielle (différentes cultures, langues, visions, …) mais la Chine a persécuté les noirs d’Afrique (Nigérians, Ougandais, Kényans, Burundais, …) sans distinction. Là, c’est une question de valeur. 

Comme les croyances populaires chinoises le recommandent, la Chine devrait faire profil bas et faire son mea culpa parce que s’attaquer à l’Afrique, c’est s’attaquer à plus d’un milliard d’habitants qui va doubler d’ici 2050 et dont 60% sont jeunes sans emploi. Donc, une bombe à retardement, pour l’Afrique d’abord, et pour toutes les puissances qui y ont des intérêts. 

En tant que jeunes africains, il est grand temps de se poser les vraies questions : à quoi servent ces fameux sommets France-Afrique, États-Unis- Afrique, sino-africain, russo-africain, le Commonwealth, etc. ? Après, il faut en tirer des leçons.

Je ne saurais terminer mon propos sans saluer le courage d’une nouvelle génération panafricaniste (non-étatique) dont les grandes figures comme Achille Mbembe, Kemi Seba, Fatou Diome, Kako Nubukpo, Felwine Sarr, Zack Mwekassa, Tiken Jah Fakoly, Samuel Eto’o et bien d’autres. Merci d’être de vrais Africains.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. Très bien dit. Il est grand temps pour les gouvernements des pays d’investir sérieusement dans l’éducation et l’industrialisation, c’est la seule voie pour l’Afrique de s’en sortir et d’être respectée.

  2. Il est primordial que les dirigeants africains comprennent que leurs pays ne sont pas pauvres mais qu’ils doivent adopter des stratégies pour revenir autonome dans un proche avenir au lieu de se laisser faire par ceux qui se croient important alors que en réalisant ils ne le sont pas. Le football français est fait par les Africains et quand il gagne on dit que la France a gagné trop c’est trop