article comment count is: 0

Ces abatwip qui ont marqué l’oiseau bleu de leurs empreintes en 2019

Les vœux pour 2020, nous en avons aussi formulés à l’endroit des personnes qui nous sont chères et parfois aussi à ceux qui nous sont moins chères, comme nos « ennemis » à qui le bon Dieu nous recommande d’aimer. Bon ceux qui croient et pratiquent en savent plus que moi. Notre guide suprême en sait beaucoup. 

L’homme et Twitter, son dissolvant 

Au courant de l’année 2019 sur Twitter, nous avons vu des têtes tomber au sens figuré. Un homme a retenu l’attention de nombreuses personnes. On ne pouvait pas le voir ainsi. Il a contribué à dégrader sa propre image. Monsieur Maniratunga qui pourtant paraissait être un bon gestionnaire, ne devrait-il pas porter le blason de la honte en 2019. On a découvert en lui un langage proche de l’incompréhension. Prenons cet exemple d’un tweet 2018 qui peut bien résumer son année 2019.

Et tout ça, c’était pour dire à un umutwip qu’il était stupide. Mais goûtons simplement à son lexique médiévalo-emberlificoté (bon laissez-moi aussi me rendre intéressant quand même.) 

Un rarissime umutwip ?

Le bon côté de ce réseau social est que parfois les bons exemples ne manquent pas. Certes, il n’y en a pas beaucoup sur ce ring bleu, mais il y en a quand même. Quoique ayant ses titres, encore kilométriques, aux côtés de ses noms, l’ancien président de la CENI à qui on a confié la Commission vérité et réconciliation fait partie de ceux qui sont TAT. Cela veut dire en d’autres mots kilométriquement équivalents : Tardivement Arrivé sur Twitter. 

Notre ancien Monsieur Élections qui a fait la pluie et le beau temps au Burundi, lui qui s’est consacré entièrement à organiser une élection présidentielle à un seul candidat, reste l’un des rares abatwip qui ne s’intéresse pas qu’à la politique. 😎

On sait désormais comment ça marche !

Un hashtag, une marque 

Syatwaturo ? On ne peut pas être d’accord tout le temps avec lui mais la signature de ses tweets a fait réfléchir, rire ou énerver plus d’un. C’est résolument l’homme dont les captures de ses tweets sont parmi les plus partagés au Burundi. Disons à la vitesse de l’éclair. Mais pourquoi seulement peu les retweete ?

Umuvugakuri ou la vérité multi fonctionnelle 

Si vous voulez un exemple de ce qu’on appelle faire un revirement à 180 degrés, ne cherchez pas loin. Umuvugakuri en est la parfaite illustration. Dans la fourmilière de ses tweets, j’ai peut-être effleuré la raison de ce revirement. Il aurait été trahi par Angela Hilary ou Evelyne Maniragaba dont les deux comptes ont purement et simplement disparu du nombre des abatwip.

Aujourd’hui Umuvugakuri dont l’identité reste énigmatique est devenu plus qu’une opposante. Il embrasse toutes les causes. Du Rwanda, de la RDC en passant par le Kenya et la Tanzanie. Il ne lui reste qu’à se déclarer publiquement « Sindumuja ». Ceux-là dont il n’a jamais digéré le combat. 

Kanounou, ma crush

De cette liste, j’ai un certain amour inavoué pour une femme sur Twitter. Je ne sais pas quelle est sa recette mais la manière avec laquelle elle parvient à rendre drôle ce qui ne l’est pas est juste unique.

Mais depuis, elle a presque disparu. Cette année 2019, elle a plus de tweets qui parlent aux Français qu’à nous petit peuple du Burundi. Je ne sais pas pour vous, mais moi, son humour me manque particulièrement. Aujourd’hui elle n’est plus ce qu’elle était. J’ai l’impression que nous l’avons tous perdue. Si vous la connaissez, dites-lui que « ndamukunda mwibanga. »

Halleluia

Louons le Seigneur pour cette année 2020. Non pas celui-là qui ne cesse de révéler à madame l’honorable Mwidogo la destinée de ce pays. Que le Seigneur fasse en sorte qu’elle ouvre finalement ses yeux de ses songes qui encore continuent à la hanter. 

Et pourtant le « guide suprême », lui de son côté veut, peinard, s’en aller. Et il ne cesse de le montrer à chacune de ses sorties. Les mauvaises langues, abstenez-vous !

Contrairement à 2018 où l’énigmatique discours restait d’actualité, l’année 2019 a été on ne peut plus claire. Le président actuel n’a pas l’intention de se représenter. Mais comment réagissent les abatwip ?

Visiblement, ses détracteurs se gardent encore de tout commentaire. Mais du côté des partisans, c’est toujours l’homme qui tient sa parole. Bon attendons à la fin. Une révélation ne sera pas de trop, parait-il. 

Que Dieu vous bénisse.

Partagez-nous votre opinion