article comment count is: 0

2020, année de danger ou d’espoir ?

L’année 2020 est une année d’incertitude pour le Burundi. Deux options contradictoires se dessinent à l’horizon : l’espoir ou le chaos. À nous de faire le choix.

L’année 2020 vient avec la promesse d’un nouveau départ. Le président Pierre Nkurunziza a répété plusieurs fois qu’il ne sera pas candidat pour un quatrième mandat. Nous aurons donc un nouveau président, quinze ans après le début du règne du pouvoir sortant. 

Un nouveau président suscite toujours de nouveaux espoirs, et ce sera particulièrement le cas pour notre pays qui vient de passer cinq ans particulièrement marqués par la violence, la pauvreté, les sanctions économiques et l’exil d’un nombre considérable de Burundais. On espère donc que le nouveau pouvoir qui sortira des urnes fera des efforts pour mettre fin à ces souffrances. On espère qu’il normalisera les relations avec les pays voisins, qu’il rassurera les réfugiés pour qu’ils puissent rejoindre leur pays. On espère qu’il fera de la lutte contre la pauvreté et de la modernisation du pays sa priorité. 

Année de tous les risques

D’un autre côté, nous savons que les années électorales sont presque toujours marquées par la violence au Burundi, comme c’est le cas dans beaucoup de pays où la démocratie se cherche encore. Ça a été le cas en 2010 et en 2015, et rien ne montre que 2020 sera une exception. D’ailleurs, les signes avant-coureurs sont inquiétants. Beaucoup de militants de l’opposition, surtout ceux du parti CNL, sont arrêtés pour des raisons fantaisistes, alors que la campagne électorale n’a pas encore commencé. Des journalistes du journal Iwacu sont en prison alors qu’ils n’ont fait que leur travail de recherche de l’information. Ceci laisse croire que plus on approchera de l’échéance électorale du mois de mai, plus la violence risque de s’intensifier, à moins que les autorités ne montrent une sagesse proportionnelle au danger.

La deuxième source d’inquiétude est que des problèmes de succession peuvent apparaître au sein du parti au pouvoir. Jusqu’à présent, on ne voit pas qui est le dauphin du président Pierre Nkurunziza, et les militants du parti au pouvoir ne semblent pas plus informés que nous. Ceci laisse les différents hommes forts du « système » se positionner et pourrait être une source de contestation de la légitimité de celui qui sera choisi. 

Le changement peut rimer avec la vengeance 

Le troisième risque, c’est qu’un parti d’opposition gagne les élections et décide de se venger contre ceux qui l’ont fait souffrir. Jusqu’à présent, personne ne sait quel parti gagnera, même celui qui est au pouvoir semble convaincu qu’il va y rester. Les récentes élections chez nos voisins en RDC semblent confirmer que les surprises n’épargnent pas les partis qui semblent être les mieux établis.  Le CNL est le parti le mieux placé sur le terrain pour être un concurrent sérieux au parti au pouvoir CNDD-FDD. Mais les militants du CNL, qui ont été souvent persécutés, pourraient être tentés par la justice du talion s’ils ont le pouvoir, comme le sont souvent les partis qui « viennent de loin ». 

Toutes ces inquiétudes montrent que le Burundi est à la croisée des chemins. Le mal ne sera évité que si nos leaders prennent de sages décisions. 

 

Partagez-nous votre opinion