article comment count is: 2

Twittoscopie: la fin du monde est proche

La chute d’un dinosaure africain, les échanges mi-aigres mi-doux entre un exilé et un ombudsman,  la naissance d’un « Terminator » burundais, la volte-face de l’Église catholique, voici entre autres ce qui a caractérisé la semaine sur Twitter.

Deux faits internationaux ont été largement commentés au Burundi. Et sur internet, certains s’en sont remis sur Twitter. En faisant le malheur des uns et le bonheur des autres, l’actualité péruvienne et soudanaise a accouché de bons gazouillis.

Et dire qu’au Soudan le président Bechir tombait à cause d’un bout de pain parce qu’il s’occupait à trouver où garder ses millions. On comprend alors où les hommes politiques placent leurs priorités. Et ces puissants qui finissent impuissants pour des si «petites» accusations de corruption et qui se donnent la mort. Ils inspirent plus d’un. Certains diront «bon débarras!»  

Tout ça c’était loin du Burundi. Mais en même-temps aussi proche pour les uns. Que deux hommes s’en remettent dans les grâces des gazouillis de l’oiseau bleu ne nous déplaît pas. Édouard Nduwimana et Pacifique Nininahazwe ont fait notre bonheur et parfois à coup de versets biblique. Qui dit mieux? Appréciez comment la semaine sainte aura été précieuse et inspirante pour plusieurs amoureux de l’évangile. Nous voici désormais dans la foi absolue.

De «honore ton père et ta mère», l’évangile selon «saint» Édouard nous apprendra qu’il faut aussi honorer ton président. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’ombudsman.

Le « Terminator » et son annonce apocalyptique

La semaine sainte ne l’a visiblement pas été pour tous. Pendant que des Burundais pensaient à célébrer l’un des dogmes fondateurs du christianisme, un homme visiblement bien placé annonçait l’apocalypse, l’enfer sur terre et dans nos familles. Si le Christ est ressuscité le troisième jour, c’est pour l’éternité qu’il nous enverra soit au paradis ou soit en enfer. C’est selon comme le dirait l’autre-là. Une mise au point qui n’est pas passée aussi facilement qu’il le croyait.

Et bien si certaines langues arrivent à s’abstenir, Twitter s’en moque royalement. Est-ce pour cela qu’un umutwip rappelle à l’humilité d’un des cadres du CNDD-FDD pour reparler de l’officier de police?

Disons que si quelque part des hommes ont voulu jouer au «Christ le sauveur», un autre a bien joué le rôle de semeur de terreur pour ne pas dire terroriste. Le commissaire de police de Muyinga dont les propos ont été rapportés par plusieurs médias est devenu l’homme de la semaine. L’annonciateur est juste venu vous dire «vous êtes avertis»

L’Église catholique n’offre plus de cadeaux

Nous le savons tous et ce n’est plus un secret pour personne. L’Église catholique burundaise veut rompre avec une pratique séculaire : celui de donner la parole aux autorités du pays pendant les messes. Mais cette image du premier vice-président me rappelle une chose : quand tu recevais une baffe de ta mère, tu te plaignais chez le père et vice-versa. Tu devenais automatiquement copain avec l’autre. C’est où qu’on célèbre Pâques maintenant? Dans ta face!

14 avril 2019, dimanche des rameaux

21 avril 2019 pâques

1 avril 2018, pâques

Cet énième bras de fer a été aussi commenté cette semaine pour le bonheur des uns et le malheur des autres encore une fois. Un petit tour dans le monde réel et virtuel des abatwip pour prendre la température de l’ambiance.

L’esprit maléfique qui sommeille en moi n’a mis que ces carnets noirs en ma disposition. Si vous n’avez rien compris, je vous l’explique à voix basse : l’église catholique ne veut plus servir de tribunes aux autorités parce que… parce que… on se revoit très prochainement.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Un article instructif, bien rédigé et surtout amusant,bravo à Yaga
    Si un article pouvait changer les choses au Burundi celui-ci serait bien placé pour le faire en un clin-d’œil

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non