article comment count is: 1

Twittoscopie : « Jeune-vieux recherche une meuf mortelle »

Au moment où Rwasa lançait en grande pompe les activités de son nouveau parti ce 10 mars, sur Twitter, des théories naissaient. Les twittos ne se sont pas arrêtés à l’ex-chef rebelle, l’ancien président Buyoya a été épinglé, des mots aigres-doux ont été échangés, et un journaliste senior recherche l’âme sœur sur Twitter. 

À l’heure où un nième mouvement « patriotique » burundais avec un logo aux couleurs rwandaises naissait, Agathon Rwasa gagnait sa première bataille : inaugurer le siège de son parti. Faut-il encore rappeler que cette cérémonie d’inauguration lui avait été refusée par le maire de la ville pour des raisons « sécuritaires » ?  

Après une longue et tumultueuse période d’attente, Agathon a finalement un parti et une permanence. Cette dernière n’est pas n’importe laquelle. L’attention a été plutôt portée sur un invité en particulier, l’ambassadeur du Rwanda au Burundi. Regardez par vous-même et c’est sans commentaire.  

Buyoya et son appel « au secours » 

Un appel à son secours ou un appel au secours du Burundi ? À chacun sa compréhension et surtout, il faut le mentionner, ses sentiments. « Finalement, la distribution des « tracts » a fait des effets. Il est cuit l’homme de Rutovu », répondra un umutwip aux neuf pages de l’appel de l’ancien major. Tout se résume en cette phrase pour les sympathisants du pouvoir de Gitega (la nouvelle capitale politique).  

Vous ne le saviez pas mais sur Twitter, des amours se sont tissés. Quand bien même vous n’avez pas « vu » le gazouillis de tel ou tel autre, il y aura un « ami » qui vous interpellera. C’est ainsi qu’on invite aussi les voisins à prendre part à la discussion de chez nous. « Bonjour ici, avez-vous vu ça ? » Sauf qu’on le dit dans un autre langage que seuls les initiés comprennent.  

Les géographes du sud du Nil 

Tout est parti du sud du Rwanda. Cette phrase a un sens double. Le gouvernement du Rwanda voit ainsi les cadavres et un umutwip au Sud s’est lancé un défi : se mettre à dos une partie des abatwip et des rwot en remontant un cours d’eau. Car… ainsi de suite comme vous pouvez le voir dans ces tweets suivants.  

Mais il faut dire que chacun a raison. Ainsi je coupe la poire en deux. Si vous suivez les cours de la Rusizi et du Nil, vous aurez la réponse. Satisfaits ? 

L’information à devinette 

Disons que les médias publics ont été attaqués par un virus dont le nom reste à trouver. Le virus de la « demi-information » peut être retenu comme nom ? Si certains avaient déjà fait écho de la « demi-information » que nous a livrée le journal Le Renouveau, je m’étais dit que l’erreur était humaine et qu’elle sera corrigée. Mais non. Rien n’a été fait, aucune précision, aucune excuse. J’ai fini par comprendre qu’il s’agissait d’une devinette.  

Il fallait, pour chaque umutwip, trouver le pays. C’était donc en Somalie qu’avaient eu lieu ces 4 explosions. Et maintenant devinez quoi ? La radio Nderagakura aussi s’y est mise. C’est qui le prochain ?  

La déclaration de la semaine 

Comment parvenons-nous à transformer Twitter en un espace virtuel de rencontre ou d’annonce publicitaire matrimoniale ? Eh bien quelqu’un a trouvé le moyen.  

Entonnons à l’unisson : « Jeune-vieux-monsieur recherche une meuf mortelle. Une meuf qui pourra lui donner des ailes. Une meuf, une meuf fidèle qui n’a peur qu’on l’aime. Donc si t’as les critères, abatwip, taguez vos noms ici. » 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)