article comment count is: 3

Pourquoi un·e célibataire ne devrait-il·elle pas être parrain ou marraine dans un mariage ? (partie 1)

La culture burundaise veut que les futurs mariés choisissent pour témoins (parrain et marraine) des personnes déjà mariées, seules capable de leur donner des conseils avisés en matière de vie conjugale… Ce qui n’est pas au goût de tout le monde.

Un certain samedi, dans un bus, je m’étais assis près du chauffeur avec qui je causais un peu sur la cherté des cérémonies autour du mariage. Le passager d’à côté, visiblement plus âgé que nous, s’en mêle. Il précise qu’actuellement, quand il faut choisir son parrain, on préfère plus souvent le plus nanti qui pourrait même financer le mariage. 

Une affirmation qui a réveillé, un tout petit peu, une certaine révolte en moi. Je refuse et lui donne un exemple où j’ai été parrain d’un homme qui se mariait alors que j’étais encore étudiant. Théoriquement et pratiquement, je n’étais pas un Crésus sur lequel il faut compter pour avoir un mariage spectaculaire.

Mais après un coup d’œil, tel celui d’un élève qui triche chez son voisin, projeté sur mon annulaire, il remarque que je ne porte pas d’alliance. Il change l’angle de la discussion. « Avec la modernisation, on verra tout », ironise-t-il  avant de continuer sur : « Comment et pourquoi un jeune célibataire peut-il vraiment parrainer un homme qui se marie ? Quels conseils donnerait-il alors qu’il ignore ce qui se passe dans le foyer ? » 

Sagesse plutôt que vieillesse

Je me suis senti vexé et lui ai demandé ce qui est sophistiqué à tel point que seul un homme marié soit le seul capable de prôner une bonne cohabitation. Après un court instant de réflexion, il me répond avec un autre préjugé qui m’agace toujours. Cette préconception selon laquelle être parrain devient inéluctablement synonyme de coach sur ce qui est de la vie sexuelle des jeunes mariés.

D’ailleurs sur ce point, je trouve qu’un parrain marié ne signifie toujours pas avoir de bons tuyaux sur la vie sexuelle. L’éjaculation précoce dont souffrent en silence les hommes et les femmes mariés peut en être témoin. Ce qui peut donc donner raison à celui qui aurait opté pour un sage parrain dont le célibat est encore son état civil-légal. 

C’est à ce moment que je me suis dit que je devrais faire comprendre aux personnes qui pensent de cette façon que prendre un célibataire comme parrain est loin d’être une aberration. Je vous promets de revenir avec l’exemple des couples qui sont heureux en ménage grâce à des personnes qui ne connaissent l’union maritale que de nom. À très prochainement.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Les fiancEs choisissent des temoins des personnes qui peuvent donner quelque chose le jour de leur union! Mais, Sagesse plutot que vieillesse! il ya des familles heureuses meme si les parrains etaient des celibataires!

    1. L’article était intéressant mais alors « Iranura ntishira irenda » Ibi utayemwo vyerekana ko utazi ivy igo  » L’éjaculation précoce dont souffrent en silence les hommes et les femmes mariés peut en être témoin. « 

      1. Jorris : wewe ubizi pourquoi t’as pas donne ton idee au lieu de s’attaquer a une personne qui a ecrit un article il faudra d’abord comprendre pourquoi il a dit ca parce que un parrain mariee n’a pas tjrs raison il a une personne qui est sage encore qui n’est pas marrie qui peut donner des conseils les futurs maries.

  2. Salut tous le monde!il faut bien déterminer le rôle du parrain ou de la marraine dans la vie d’un couple!À mon avis être bon conseillé n’a rien à voir avec son état civil,c’est la sagesse qui compte!Le prêtre qui prépare les futurs mariés pour ce sacrément,pour les Catholiques est aussi célibataire!La sagesse avant tout!il ne faut pas oublier que même  »Les connards se marient » et qui dit que le mariage rend sage ment car un dicton que » le séjour dans l’eau ne transforme pas un tronc d’arbre en crocodile! »

  3. Dernièrement, alors que je me faisais des tresses dans un salon du quartier (point de commérages de toute sorte mais n’est-ce pas qu’on dit que urukurukuru ariyo nkuru), un sujet pareil a été abordé et laisse- moi vous partager l’histoire sans toutefois vouloir influencer l’idée de l’un ou l’autre.
    Une jeune fille prépare son mariage mais de par son caractère, c’est une fille ‘ fermée sur elle’, elle n’a pas de nombreuses amies et surtout les femmes. La jeune femme originaire de Gitega aura des problèmes à trouver la marraine. Elle a une amie à elle, qui connait tout sur elle, qui peut gérer son caractère, elle est même sa colocataire de Buja, sa camarade de classe depuis l’école secondaire mais le comble de malheur, elle est toujours célibataire. Elle fait recours à certaines femmes de la famille mais aucune n’est prête à être son témoin, surtout qu’être marraine demande un peu de sacrifice (temps, argents,…).
    Trois semaines avant le mariage et la future mariée n’a pas encore trouvé la marraine…Les deux jeune femmes vont commencer à faire la requête à quiconque elles connaissent (pourvu qu’elle soit mariée) et elles réussissent à en trouver une. Guess ingene vyaheze ?? La marraine yivye ama enveloppes le jour du mariage. Et c’est la colocataire de la jeune mariée qui nous racontait l’histoire.

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non