article comment count is: 4

La classe politique burundaise a besoin d’un bon lifting

Une nouvelle classe est nécessaire, selon notre blogueur Jean-Marie Ntahimpera. Mais être jeune ne suffit pas.  Une nouvelle classe politique ne sera vraiment nouvelle que si elle met fin aux virus qui empêchent notre pays d’avancer depuis longtemps, et au premier rang desquels se trouve l’ethnisme.

La semaine passée, un nouveau mouvement politique a annoncé sa naissance : le Mouvement d’Actions Patriotiques (MAP) – Burundi Buhire. Dans sa «déclaration politique» signée par son porte-parole Emery Pacifique Igiraneza, le MAP dit incarner «une nouvelle classe politique, de patriotes intègres et courageux ayant à cœur une vision nationale bien pensée». Il dit s’engager «à porter et promouvoir un grand chantier politique de refondation de la Nation et de l’État Burundais».

Des idéaux séduisants

C’est trop tôt pour savoir ce qu’un tel mouvement deviendra, mais ses idéaux ont tout pour séduire beaucoup de jeunes Burundais, qui ont désespérément besoin de changement. Le débat politique burundais, ou ce qui en reste, est monopolisé par des politiciens de la vieille école qui se recyclent depuis une vingtaine d’années. Même les partis et plateformes qui disent vouloir promouvoir le changement,  comme le CNARED, n’échappent pas à cette règle.

Tous ces politiciens ont montré leurs limites, étant donné que notre pays ne montre aucun signe de progrès, que ce soit en matière de développement économique ou de droits humains.

Un espoir pour la paix

La création de ce genre de mouvements est salutaire au moins pour une raison : l’espoir. L’impasse dans laquelle se trouve le dialogue d’Arusha a poussé beaucoup de Burundais au désespoir. Beaucoup de ceux qui sont en exil ont perdu l’espoir de pouvoir rentrer dans leur pays et de vivre une vie normale en l’absence d’un accord entre le pouvoir et l’opposition.

Cette perte de l’espoir est dangereuse puisqu’elle risque de pousser ceux qui n’ont rien à perdre à exprimer leur frustration par la violence.

Je ne dis pas que le fameux MAP va opérer des miracles ou empêcher le Burundi de basculer dans une nouvelle guerre. Aussi longtemps qu’il n’y a pas de dialogue sincère qui inclut les Burundais qui ont quitté leur pays, la menace d’une guerre continuera à peser sur notre pays. Je dis simplement que ceux qui sont déçus par  notre vieille classe politique ont encore la possibilité de rêver et d’exprimer leurs idées à travers d’autres plateformes.

Être jeune ne suffit pas

Malgré l’enthousiasme qu’un mouvement qui veut incarner «une nouvelle classe politique» peut susciter, nous devons toujours garder à l’esprit qu’être jeune ne suffit pas pour incarner le renouveau en politique. Mobutu Sese Seko était jeune quand il est devenu président du Zaïre, mais cela ne l’a pas empêché de devenir l’un des dirigeants les plus corrompus du monde. Chez nous, Michel Micombero était jeune quand il a créé la République, mais il est l’un des dirigeants qui ont fait le plus de mal à notre pays.

Le renouveau politique ne sera vraiment effectif que si il met fin aux virus qui empêchent notre pays d’avancer, et au premier rang desquels se trouve l’ethnisme. Quand on croit l’avoir chassé par la porte, il semble toujours trouver le moyen de rentrer par la fenêtre.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. 1.Si vous evez remarqué qu’au premier rang de ces virus qui handicappent le renouveau des actes politiques est l’ethnisme, quels sont les moyens que vous penser utiliser pour pouvoir éradiquer ce mal qui est fictif scientifiquement mais vrai car vécu au quotidien??

    2.Quant à moi je pense que l’handicap majeur n’est pas l’ethnisme, c’est le niveau intellectuel bas pour ceux qui gouvernent mais aussi pour ceux qui sont sensés avoir fait l’école.

    2.Comment expliquer que quelqu’un qui a étudié peut facilement être tenté et se tenir pour bête jusqu’au point de se faire avaler les sottises qu’il est sensé comprendre compte tenu de son niveau d’étude??

  2. Malheureusement, li me semble que même la jeunesse ne sait pas, par quelle jambe à commencer le levé.

    Tant qu’il n’y aurait une prise de conscience chez la nouvelle classe des sociétés africaines, nos sociétés continueront à s’embourber dans les vieilles idéologies éthinistes.

  3. c’est bien dit. Etre jeune ne suffit pas. cependant j’ai la conviction que l’ethnisme n’y est pour rien. les grands riches entre eux, les badots entre eux, les filles de joie entre elles, bref les personnes de meme conditions socio-economiques ne remarquent pas cette pseudo-difference. Il suffit seulement qu’il y ait un gateau a l’horizon , et voila que les divisons ethniques, religieuses, sexualistes, regionales, educatives…..generationneles surgissent de je ne sais ou!!!!!! je crois que le virus qui vient en tete est la pauvrete . certains l’ont bien dit pourtant: « ventre affame n’a point d’oreille » ou « a hungry man is an agry man »…

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non