article comment count is: 0

« Sois belle et tais-toi ! » : cinquante nuances du compliment à la gent féminine

Bien que perçus généralement comme signe de civilité, les compliments adressés à la gent féminine par nous autres hommes flirtent avec la perversion et le harcèlement. Témoignages.

Greta est une jeune burundaise qui vient de terminer le premier cycle de ses études universitaires. Par son physique, elle est en parfaite concordance avec les codes de la doxa dominante sur la beauté. 

Elle a le malheur de payer une lourde addition pour son apparence. Des compliments, elle en collectionne ici et là. Pas toujours pour le meilleur. « Pervers sont les hommes !, tranche-elle tout bonnement. Tu vois un gars avec qui tu n’entretiens aucune relation, ne fut-ce qu’amicale, commencer à te complimenter sur ta poitrine avec des détails parfois gênants ».

Belyse, employée dans une des grandes maisons de la communication, brosse un tableau sombre de leur boîte où règne le « sois belle et  tais-toi ». « D’abord, notre uniforme n’est pas de nature à calmer le jeu. Les jupes sont courtes et on ne discute pas si on les trouve un peu moulantes. Tu peux être la plus pratiquante des pentecôtistes, tu fais avec. Depuis que je suis dans cette boîte, c’est la même rengaine. Toutes les filles sont congratulées sur leurs formes, leurs sourires, combien l’uniforme leur va bien. Les hommes par contre, c’est beaucoup pour leurs compétences.»

Nuance

Les compliments portent souvent en eux ce que les tenants de la cause féminine abhorrent plus que tout : le déterminisme des rôles sociaux selon les genres. D’un côté, l’homme fort « qui vient de Mars », l’incarnation de la vaillance et de l’autre la douce femme « qui vient de Vénus », celle qui se doit d’être belle, douce, sexy, souriante. Le stéréotype de la femme fantasmée l’emporte sur la femme dans tous ses états, qui est de loin réductible à son sex-appeal.

Il est vrai que n’est pas le plus raffiné des galants un homme qui lâcherait une rafale de « j’adore tes rondeurs », accompagnée d’un regard suggestif à une serveuse de bar qui se bat comme un beau diable pour pouvoir allier ses horaires à l’université et ceux de son job afin de pouvoir mener une vie convenable. Peut-être que des « je suis admiratif de la battante ambitieuse que vous êtes » ne seraient pas non plus si déplacés que ça.

Mais les compliments, je trouve, ne sont pas par essence synonyme de perversité. L’harmonie dans différentes parties du corps d’une femme constatée par un homme, est-ce un sacrilège ? Bien que cela ne signifie strictement pas se permettre des âneries ! Un extrême ne saurait justifier un autre non plus.

 

Partagez-nous votre opinion