article comment count is: 4

Burundi : l’urgente nécessité de débattre sur l’Histoire

Premier d’une longue série, le débat tenu le 23 décembre à l’endroit des jeunes est révélateur d’un fait : il y a une urgente nécessité de débattre sur l’histoire du Burundi.

C’est un après-midi du lundi 23 décembre. Martha Hôtel a de la compagnie. Des jeunes pour la plupart, viennent un à un ou en groupes. Au total, une quarantaine. Tous les sexes sont représentés. Ils sont venus avec un seul objectif : débattre, parler de l’histoire du Burundi. Et ils le feront avec enthousiasme. Tout au long du débat, un point commun entre ces jeunes. Tous affirment la nécessité (urgente) de débattre sur l’Histoire du Burundi. 

Cette urgente nécessité, Dona Samantha Mugisha, étudiante à l’Université du Lac Tanganyika l’attestera : « Face à  la diversité des sources de l’histoire du Burundi, certaines plus sérieuses que d’autres, parler et débattre sur cette histoire peut aider les jeunes à la connaître et mieux préparer  son avenir par conséquent. » Une idée partagée par Félicité, elle aussi de l’Université du Lac Tanganyika  pour qui, parler de l’histoire, celle douloureuse par exemple, peut aider à la cicatrisation des mémoires blessés.

Le lacunaire enseignement de l’histoire questionné

Il y a un autre constat : bien qu’une bonne partie de l’histoire du Burundi est enseignée depuis l’école fondamentale jusqu’à l’université, force est de constater que les jeunes burundais n’apprennent rien comme « histoire » à partir des années 1960 et surtout l’histoire du conflit burundais.

L’Histoire du Burundi post-indépendance est donc cette partie non enseignée alors qu’elle est cruciale, en ce sens que c’est avec cette période que les Burundais ont commencé à s’entre-tuer sur base ethnique.

Cette observation sera faite par Blaise Izerimana, le sortant président du Club  Sociologie à l’Université du Burundi : « C’est vrai que l’histoire du Burundi remonte à plus longtemps. Mais il faut  reconnaître que c’est la période post indépendance qui est délicate. Il est donc opportun d’en parler, car c’est cette période qui a vu propulsés sur le devant de la scène les conflits ethniques et qui a vu des massacres ethniques pour  la première fois de l’histoire du Burundi. »

Savoir valoriser les modèles

S’il est vrai que c’est cette période post-indépendante qui pose problème et qui est souvent l’objet de manipulation, la connaissance d’autres périodes est aussi  primordiale. Surtout, un souhait est ressorti de ce débat : celui de trouver dans l’histoire du Burundi des exploits, des œuvres salutaires dignes d’être chantés. Les jeunes qui participaient dans le débat ne rateront pas l’occasion de le faire savoir. 

Lambert Hakuziyaremye, étudiant en Master 2 en Socio-anthropologie à l’université du Burundi l’exprimera en ces termes : « Au cours de la crise qu’a connue le Burundi, il y a eu des modèles, des Bashingantahe qui ont su  rester au-dessus de la mêlée. De tels modèles sont à valoriser pour que les différentes ethnies se rendent compte qu’il est possible de transcender nos divisions ».

Des propos renforcés par la lauréate de l’université du Burundi, Providence Niyogusabwa, qui appelle les jeunes à apprécier des exemples positifs qui ont marqué et/ou qui continuent de marquer notre société. Et d’avancer à titre exemple Christine Ntahe. 

Le débat qui, rappelons-le, est le premier d’une série d’autres à venir aura le mérite de montrer l’engouement qu’ont les jeunes de connaître et de pouvoir comprendre l’Histoire du Burundi. Ils ne manqueront pas d’ailleurs d’appeler à la multiplication des débats de ce genre.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. C’est bien de nous intéresser à connaître notre histoire afin d’imiter de bons exemples et éviter de reprendre des erreurs du passé.

  2. L’histoire contemporaine de notre pays est et sera toujours difficile à écrire en raison de l’hypocrisie qui caractérise les principaux acteurs de cette période.
    Tous veulent se passer comme s’ils n’en savent rien sur ce qui s’est passé. Le pire est que nos soidisants brillants historiens brillent par leur silence. C’est honteux de voir que c’est aux historiens français comme J. Chrétien et Deslauriers de nous raconter la tragédie de 1972. L’histoire est en principe écrite par les historiens, alors que font les notres??

  3. Un sujet à débattre ouiii….
    Et Yaga on va parler la vérité de cette partie de notre histoire.
    C’est nécessaire ouiii…mais cette histoire est encore très délicate
    On parle de l’histoire chauffante…
    Vous savez pourquoi ?La plupart des auteurs des actes qui ont marqué l’histoire du Burundi indépendant sont toujours en vie
    Et certains d ces actes sont classés d’inhumain, ignoble
    Les uns sont pour l moment intouchable…
    L’histoire est différent de journalisme…il faut un peu plus de temps pour parler clairement de certaines choses..

  4. L histoire du Burundi post coloniale est très délicate. Il y a trop de blessures, mais cela n empêche pas de parler de ceux qui ont été la lumière dans cette période sombre comme les  » Inkingi Z Ubuntu », ceux qui ont protégés les gens d ethnies autres que ceux des protecteurs alors que les derniers étaient traqués.