article comment count is: 2

Bujumbura : l’histoire derrière certains monuments et « lieux de mémoire »

Lourds de sens et de symbole, disposant d’importants atouts mémoriels, les monuments et « places publiques » ornent plusieurs endroits de la ville de Bujumbura. Mais, pour autant, le sens, l’époque et le contexte de leur implantation ne sont pas toujours connus du grand public. Éclairage de l’historien Émile Mworoha.

Le Monument du soldat inconnu

Construit en 1973, le monument du soldat inconnu a un rapport avec les événements de 1972. Situé en haut de la Cathédrale Regina Mundi, sur la route qui mène à Musaga, c’est là que le capitaine Kinyomvyi, garde du corps du président Micombero, fut assassiné le 29 avril 1972. Parti en éclaireur pour le compte de Micombero qui devait participer à une soirée dansante organisée au  Mess des Officiers de Bujumbura, il aurait été pris pour Micombero. Un monument dit du soldat inconnu (comme dans d’autres pays), sera donc érigé à la même place et sera dédié à tous les soldats morts sur le champ de bataille.  

La  Place de la « Révolution »

Non loin de la Banque de la République du Burundi, encadrée par le ministère de la Justice et de celui de l’Intérieur, la place de la Révolution s’inscrit dans le contexte de la fin de la monarchie. Détrônant le jeune roi Charles Ndizeye dit Ntare V, le 28 novembre 1966, le capitaine Micombero dans ce qu’il appellera « révolution » instituera  la « Première République ».

Qui plus est, le monument implanté (avec le geste des trois doigts tendus en l’air pour signifier la devise « Unité, travail, progrès », une  devise qui finira par être la devise nationale) dans cette place n’est pas sans rappeler le parti UPRONA, reconnu parti unique par un arrêté royal cinq jours avant la « révolution ».

La Place de l’Indépendance

Symbole de la fin de l’époque coloniale, « bordée par les rues de l’indépendance, de la liberté et du commerce » la place de l’Indépendance s’appelait avant l’indépendance du Burundi   « Place Eugene Youngers » du nom de ce Belge qui fut gouverneur du Ruanda-Urundi et vice-gouverneur du Congo. Il fut aussi gouverneur général du Congo Belge et du Ruanda-Urundi. Il faudra attendre le lendemain de la proclamation de l’indépendance pour que la place ait le nom qu’elle porte aujourd’hui. Cette place connaîtra des aménagements au fil des années.

Notons qu’avant la fin de la colonisation (permettons-nous une petite parenthèse), la chaussée prince Louis Rwagasore que nous connaissons aujourd’hui était appelée « Chaussée Reine Astride », du nom de la femme du roi Albert Ier de  Belgique.

Le Monument de l’Unité

Avec sa forme d’un fagot (umuganda), symbole de l’unité, le monument de l’Unité nationale, situé au mont Vugizo (Kiriri) fut construit en 1991- 92 pour symboliser l’unité entre Burundais. Il s’inscrit dans la suite des événements de Ntega-Marangara (1988) qui déboucheront sur la mise en place de la commission chargée d’étudier la question de l’Unité Nationale. La Commission proposera plusieurs recommandations  au gouvernement de l’Unité nationale, entre autres la charte de l’unité nationale adoptée par voie référendaire le 5 février 1991. Depuis, le Burundi célèbre chaque 5 février la fête de l’unité nationale et des gerbes de fleurs sont posées à ce monument, symbole de l’unité.

Comme à  Bujumbura, il faut noter que de tels monuments (de l’unité)  sont présents sur tous les chefs-lieux de toutes les communes du pays.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. merci pour l’article….et j’aimerais demander à yaga de nous chercher encore l’origine du nom de cette route denommée ASTRIDA qui passe dans Bujumbura rural à partir de la place du monument de l’unite.merci

  2. Le monument de la » Place de la Révolution » était avant 1966 dédié aux morts de l’armée coloniale. C’était un peu bizarre de voir ce genre de monument après l’indépendance.
    Le capitaine Kinyomvyi Dodorin n’est pas mort exactement là où est le monument aux soldats morts en 1972 , mais a il été grièvement blessé un peu plus loin sur la même route près du centre d’émission du camp Muha en face du Mess des officiers de l’époque(devenu mess des sous-officiers plus tard). Il est mort dans la salle d’opération de la clinique Rwagasore. C’est vrai que cette route qui va vers Musaga ainsi que l’Avenue des savonniers(en face de la cathédrale) étaient jonchées de carcasses de voitures calcinées le lendemain matin. La plupart des voitures brûlées étaient des taxi qui ramenaient des militaires rentrant de sortie entre 20h et 21 heures.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.