article comment count is: 0

« La Bibliothèque Dr Pascal Mukene » : le rêve d’un amoureux des livres se réalise

Le vendredi 30 août 2019, c’était le jour de l’inauguration officielle de la bibliothèque Dr Pascal Mukene à Carama. Révolté par la quasi-inexistence de communication autour de cette initiative aussi louable, notre contributeur Prince Charmant Iradukunda, qui était présent dans cet événement, a pris la plume pour parler de ce moment inoubliable qui mérite d’être connu par tout le monde.

J’ai toujours entendu des écoles privées, des hôpitaux privés, services de transport privés… bref beaucoup de choses privées, mais jamais une bibliothèque privée. Chaque fois qu’on me parle de bibliothèque, c’est toujours une initiative d’une organisation religieuse, du gouvernement ou d’une représentation diplomatique dans mon pays…

Ce jour-là, l’histoire était autre. Nous sommes à Carama II, au rez-de-chaussée d’une maison en étage bien aménagée où se trouvent un grand espace et une multitude de livres. Là, c’est la propriété de feu Dr Pascal Mukene, sur laquelle on peut lire « Bibliothèque Dr. Pascal Mukene ».

Dans une ambiance plus festive, sous un air de Canjo Amissi « Umugabo nyamugabo », les invités arrivent. Chacun prend une bouteille d’eau et s’installe. Sans tarder, comme à l’accoutumée dans les événements burundais, le modérateur prend la parole, rebondit sur la musique de Canjo et nous explique que le chanteur parlait d’un homme comme le Dr. Pascal Mukene.

Mais qui est vraiment cet intellectuel ?

C’est madame Germaine Manirariha, épouse de feu Dr. Pascal Mukene qui nous a retracé l’histoire de son mari. Fonctionnaire de l’État au ministère de l’Éducation nationale et de la recherche scientifique, cet intellectuel et chercheur infatigable a produit plusieurs œuvres inédites.

De ses voyages à l’étranger, au lieu de ramener des chocolats comme tout autre come from, lui, il ramenait des livres. Et un jour quand on lui demanda ce qu’on ferait de ses livres quand il ne serait plus. Sa réponse fut : « Mettez-les à disposition de quiconque voudra les consulter ! ». Ainsi, en 2017, sa famille concrétisa sa parole et la bibliothèque vit le jour.

Que des critiques, malheureusement !

Sauvegarder, valoriser et partager l’enfant chéri (le livre) de Pascal après son passage furent une préoccupation pour sa famille. Une préoccupation qui leur vaudra des critiques, comme : « Vous feriez mieux de votre parcelle qu’une bibliothèque, faire une location, un bar… quelque chose qui génère de revenus. » 

Heureusement, la réponse de Madame Germaine fut toujours : « Le livre passe avant tout le reste car l’argent suivra. Uwufise abantu aba afise amahera (celui qui a des Hommes a de l’argent ; ndlr). »

Un souvenir très positif et très marquant, toute l’inauguration a eu lieu en Kirundi, et au-delà des mots, certains invités avaient apporté avec eux des cadeaux et pas n’importe lesquels : des livres.

Cette initiative, ne mérite-t-elle pas d’être mis dans les éditos, les journaux, les articles blogs, les publi-reportages ?

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. Bonne initiative, cette bibliothèque doit être valorisée et j’invite les jeunes de s’y rendre et consulter ces richesses qui se trouvent dans ces livres.

  2. C’était un sage parmi les sages. C’était un Homme de parole. Il avait une manié de parler et corriger sans blesser. C’était un intellectuel achevé.