article comment count is: 5

Agathon Rwasa fait-il peur ?

Les cérémonies d’ouverture et de lancement des activités du Congrès National pour la liberté, nouveau parti de l’ancien chef rebelle Agathon Rwasa, n’ont pas eu lieu ce 3 mars 2019 comme prévu. Le maire de la ville de Bujumbura n’a pas donné son accord, « pour des raisons sécuritaires ». Quel message envoyé à l’opposition en exil ?

Qu’il y ait des gens qui veuillent profiter d’une activité politique pour causer le désordre, c’est tout à fait possible. Ils pourraient être des militants du Congrès National pour la liberté (CNL) lui-même, ou ceux des autres partis qui ne voient pas d’un bon œil la naissance d’un parti concurrent.

Mais peu importe l’identité de ceux qui auraient voulu causer le désordre, je ne crois pas qu’ils soient plus forts que les forces de l’ordre. Je suis donc convaincu que la bonne décision du maire de la ville ne devait pas être d’empêcher les activités politiques du CNL, mais de renforcer sa sécurité. Ce serait d’autant plus facile : la mairie utiliserait les informations qu’elle a sur les perturbateurs pour les empêcher de nuire. Les arguments du maire de la ville n’ont donc pas été très convaincants.

Le premier à ne pas être convaincu est Agathon Rwasa lui-même. Dans une conférence de presse, le vice-président de l’Assemblée nationale explique qu’il ne croit pas aux raisons sécuritaires invoquées par le maire de Bujumbura. Il pense plutôt que c’est une tentative du pouvoir d’empêcher les activités de son parti.

Un mauvais départ pour les élections de 2020

Mon hypothèse est donc qu’Agathon Rwasa et son nouveau parti font peur. Comme tout politicien, Agathon Rwasa allait probablement profiter du lancement du CNL pour faire une démonstration de force, en mobilisant le plus de militants possibles. Il y a donc des gens qui ne veulent pas que le monde sache qu’Agathon Rwasa est populaire, et qu’il est peut-être un candidat sérieux pour les élections de 2020. Ils font tout pour lui mettre les bâtons dans les roues.

L’une des conséquences d’empêcher le parti d’Agathon Rwasa d’exercer ses activités en toute liberté est que les Burundais qui sont en exil, y compris les politiciens, et qui ont quitté leur pays parce qu’ils ne s’y sentaient pas en liberté, risquent d’être découragés de rentrer. Les autorités ne cessent de dire que les choses ont changé, que le Burundi d’aujourd’hui n’est plus celui de 2015, qu’il est plus pacifique, etc. Ils ne cessent non plus d’encourager les politiciens qui sont en exil de rentrer pour se préparer pour les élections de 2020.

Mais pour que ce discours soit crédible, il faut que les paroles correspondent aux actes. Il faudrait d’abord montrer que ceux qui sont restés au Burundi jouissent pleinement de leur liberté politique pour que ceux qui sont en exil aient envie de revenir. Mais si Agathon Rwasa, dont le parti a des ministres au gouvernement, et des députés au parlement, ne peut pas faire la politique librement, quelles garanties ont ceux qui sont en exil sur la liberté de leurs activités s’ils rentraient? Aucune.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Agathon fait evidemment peur par sa popularité,mais he me void pas la raison du parti au pouvoir d’empecher CNL d’ouvrir ses activités politiques étant donné qu’ils ont forgé un ceni qui fera tout pour eux!

  2. Aghaton avait la possibilité de saisir une juridiction pour faire annuler cette décision. L’a-t-il fait !?
    Depuis assez longtemps je vois Rwassa et le CNDD-FDD jouer à Tom and Jerry face au peuple Burundais. Ce sont des alliés pourtant : ils gèrent les gèrent ensembles les institutions du Burundi dépuis 2015. La saga Kabila-Tshiseketi en cours de téléversement à Bujumbura. Prière, attandre la désignation du dauphin🐬…

  3. C’est difficile à comprendre.

    Il a voulu montré que le corps securitaire ne pourrait pas protéger le peuple! Je ne sais pas.
    Mais, Quelle serait la fonction régalienne dont se dote l’Etat?

  4. sache qu’ils feront ceux de leur coutume à publier le contraire du verdict des urnes comme chez 2010,2015 et pour la constitution de ngayicariye,vous m’en direz des noutelles!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.