article comment count is: 16

Bujumbura : être populaire… À quel prix ?

Restaurants chics, bars branchés, vêtements et sacs de marque, … Vous les avez déjà vues, ces filles qui ont une vie de rêve sur les réseaux sociaux. J’ai voulu leur ressembler. À mes dépens.

Le gros de mes journées, je le passais sur les réseaux sociaux. Je trouvais que c’était un bon moyen de passer le temps. Je m’appelle Nadia (pseudo), j’ai 24 ans et je suis étudiante. Mon réseau préféré est Instagram. Je pouvais y passer des heures à m’abreuver de nouvelles tendances surtout en matière de mode et de beauté, mes passions.

Toutes ces filles, qui postaient chaque jour une photo d’elles, dans des vêtements chics, au resto, à la plage, dans des soirées, je les enviais grave. Je voulais leur ressembler. Avoir leur vie. Être au top comme elles. Il y avait particulièrement un groupe de cinq filles qui me fascinait. Je les trouvais tellement belles et elles semblaient avoir une vie tellement parfaite… Elles étaient «à la page» comme on dit. Qu’est-ce que ma vie et ma page Instagram paraissaient bien insignifiantes à côté de leurs milliers d’abonnés, de likes et de commentaires sur leurs photos… Je rêvais moi aussi d’avoir une telle vie.

Et si je faisais pareil?

Un jour, une idée fit tilt dans ma tête. Il fallait à tout prix que je trouve un moyen de me rapprocher de ces filles. Je contactai une amie que nous avions en commun et je réussis à me faire inviter à une de leurs «party». J’étais fière de moi. Ça y est! J’allais enfin côtoyer de près la crème de la crème de la capitale. C’est à partir de là que je m’introduisis dans leur monde. Enfin, j’avais ce que je voulais. Des soirées de folie, des selfies, des sorties dans des endroits branchés de la capitale. Tant pis si tout mon argent de poche y passait… Mais ce que j’ignorais, c’est que tout cela avait un prix.

Rien n’est gratuit dans la vie…

Un jour, alors que comme d’habitude nous étions assises dans notre bar préféré à siroter un cocktail et à fumer de la chicha,  je vis un homme arriver vers nous. Des cris de joie fusèrent autour de la table et j’entendis une des filles hurler : «Manaja arashitse!» (le manager arrive!). Après quelques plaisanteries ici et là, l’homme prit place à côté de moi. J’avais remarqué son regard insistant depuis son arrivée et là, commença alors une vraie drague tout le long de la soirée. Des mots doux, des promesses, des caresses insistantes, mais il ne m’intéressait pas.

Au bout d’un moment, voyant que je restais indifférente à tous ses efforts, il sortit de la poche de son pantalon une liasse de billets et me les posa carrément sur les genoux. Le message était clair. Je sentis la colère m’envahir et je ne pus m’empêcher de lui dire ses quatre vérités et ce, devant le regard ahuri des filles. Quelle ne fut ma surprise quand j’entendis une des filles lancer avec dédain, en désignant notre table bien garnie: «Reka kwigira akamalayika sha, rya ayo mahera! Waruzi ngo biva hehe?», (ne fais pas ta sainte nitouche, accepte cet argent! Tu crois que tout ça vient d’où?)». Horrifiée, je regardai une à une ces filles et la vérité m’éclata au visage. Dans quel merdier m’étais-je fourrée?    

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (16)

  1. Le monde d’aujourd’hui est dans les mains du diable. Donc c’est à nos filles d’éviter de mauvaise compagnies pour ne pas tomber dans une vie moche.

  2. C’est dommage vraiment, oui il ya des filles qui préfèrent la vie d’ambiance et aussi coûteuse alors qu’elles ne travaillent null part.moi je les vois souvent dans les quartiers.malheuresement c’est leur vie qu’elles donnent comme garantie car elle n’ont pas d’argent. moi je les conseille bien vouloir travailler/chercher d’autres occupations qui peuvent leur procurer un randement meilleur que endommager leur vie, se méfier de ses garçons et/ou hommes qui leur invitent dans ces comportments bizard.La vie est belle pour celui ou celle qui voit que la vie est planifiée mais non pas un profit de chaque jour. elles veullent profiter et on fait pour elles ce qu’on veut.

  3. Pourquoi ai je tjrs l’impression que les histoires de Yaga se terminent en queue de poisson! Pourtant ils partagent de tres bons articles… mais il y a lieu de faire mieux. mon humbe avis!

  4. Commentaire *si la jeunesse d’aujourd’hui se comporte comme ça,que serra celle de demain!!!!!!! futures parents méfiez vous de ces comportements barbares car on ne peut pas donner ce qu’on n’a pas.

  5. C’est vrt à prix très cher. Des fois se voient comme des compagnardes née Buja et nous voyons ces filles comme si on avait manqué tout une vie mais à la fin nous sommes chanceuses sans le savoir. Évitons d’imiter les amies branchées de nos amies car tout à un prix comme le dit notre consœur. Merci du partage. Tout n’est pas rose dans la vie.

  6. c’est cette ideologie pourrie qui est en tr&ain de detruire le monde actuel et peut etre aussi futur en cherchant d’etre ce qu’on est pas!

  7. De tels comportements ont toujours existé, ça existe et ça existera toujours!! Pas seulement mais ailleurs! A chacun, la manière de résoudre ses problèmes et surtout si sa vie en dépend

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.