Les Burundaises face à la phobie du gynéco
article comment count is: 7

Médecins burundais : entre négligence et mauvais vouloir

La médecine est devenue un des piliers de nos sociétés. Si la plupart de nos médecins s’illustrent par des actes de bravoure quotidiens, d’autres semblent exercer leur métier sous contrainte…

Anitha (pseudo) était une jeune fille de 16 ans qui habitait la zone Kinama. Comme tant d’autres filles mineures qui font souvent face à des abus sexuels, Anitha  a été engrossée par son petit ami. Le jour de son accouchement, elle a été admise à la césarienne à l’un des hôpitaux privés qui foisonnent dans la capitale de Bujumbura. Heureusement, elle a mis au monde et est sortie indemne du bloc opératoire.

Quelques jours plus tard, Anitha commence à sentir des douleurs au niveau du bas-ventre mais elle s’obstine à penser qu’il ne s’agit là que des douleurs normales comme cela arrive à n’importe quelle femme ayant accouché par césarienne. Après une période de six mois la jeune mère, ne pouvant plus supporter les douleurs, doit se rendre au même hôpital où elle s’est fait opérer pour savoir où réside le problème. Coup de tonnerre : les médecins avaient oublié leurs outils de travail dans le ventre de la jeune femme. Et malgré tous les soins dont elle a bénéficié, la jeune femme finira  par mourir.

Cette  nouvelle en plus de m’attrister, m’a rappelé d’autres cas similaires qui se sont produits dans différents hôpitaux de Bujumbura.

Il y a un an, une jeune maman du quartier Gikungu devait accoucher par césarienne au Centre hospitalo-universitaire de Kamenge. Malheureusement, suite à une injection élevée de l’anesthésie, la pauvre jeune femme rendra l’âme.

Très récemment, il y a juste quelques mois, une autre jeune femme fraîchement mariée que je connais très bien est descendue de l’intérieur du pays pour accoucher, elle aussi par césarienne. À cause de la lenteur des médecins, selon certains témoins, cette dernière donna naissance à un bébé qui mourra quelques secondes après l’accouchement.

Il faut changer l’attitude

On sait que le métier de médecin est très délicat et demande beaucoup d’enthousiasme, de sacrifice même comme le soutient ici un jeune qui y aspire. Mais ce qui est dommage, c’est cette attitude de négligence, d’imprudence, et je ne sais quoi encore, que certains médecins affichent face même aux patients en état d’extrême urgence. Pensent-ils au moins à la souffrance de ceux qui perdent leurs êtres chers et qui imputent la faute aux médecins? Que ça peut entacher la réputation du domaine de la santé dans le pays?

Pourtant, à mon avis, les choses sont simples. Tout comme les relations entre médecins et patients font la grande partie de la thérapie, un changement d’attitude serait suffisant pour limiter par exemple le taux de mortalité lors de l’accouchement.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Je crois malgré tout que ces exemples sont imaginaires et mis en scène, si non ça serait regrettable pour la jeune fille surtout, ça demande beaucoup d’attention et un changement d’attitude. Mais vraiment si ce n’est pas vrai. Permettezmoi vrt d’être un avocat, oui, une personne peut rendre son âme dans les mains d’un médecin, c’est difficile de juger par un témoigne car il peut par affection au patient tu pense que si le médecin aurait fait ça ou ça mon patient n’allait pas mourir. Oui c’est ça prenons. Mais avouons aussi le manque de matériel, d’infrastructures médicales. Si non, un coup d’oeil aux médecins, on vous adore, faites de votre mieux pour prouver vos compétences. Merci

  2. Il n’est pas exclu qu’un médecin se trompe ou commette une erreur.
    Quand vous parlez de mortalité, la réduire au maximum reste l’idéal de toutes les initiatives en matière de santé.
    Ce qui conditionne le devenir d’un patient une fois dans une structure de soins n’est pas que la « non negligence  » de l’équipe médicale,l’etat de la personne à l’admission,le nombre de patients,le plateau technique y jouent un rôle indéniable.
    Bref,je pense que dans cet article, vous avez fait porter aux medecins une lourde responsabilité,quoi que des manquements puissent exister!

  3. Bjr Fikiri
    Je m ‘ excuse de te dire que tu es tres leger quand tu analyses la situation de la medecine au burundi.
    En effet ; tu parles entre autres des medecins malformes et son impact sur la sante des patients.
    Tous les domaines de la vie du pays a de serieux problemes lies a la conjoncture socio economico politique depuis 1993. La justice; l agropastorale; la diplomatie; educations ….ont des lacunes tres serieuses
    La medecine ne sera jamais isolee tant que le pays aura ce genre de problemes.
    Tu parles des compresses laisses dans l ‘ abdomen apres chirurgie
    Que c ‘ est pas normal oui d accord mais ce sont des erreurs qu on trouve meme dans les pays evolues
    (Cherche cela sur google)
    Je connais des pays africains qui souhaitent avoir les medecins burundais pour leur performance
    Apres leur formation les specialistes burundais ne veulent pas retourner au pays mal gere
    .quel est le salaire d ‘ un medecin burundaais ? Quel est le plateau technique du medecin travaillant au burundi? Quelles formations apres la medecine qu un medecin burundais peut avoir? Et toi tu veux que le medecin burundais face des miracles?
    Fikiri j aime te rencontrer et te parler
    Il faut pas rediger des articles sur le domaine que tu maitrises mal.

  4. Dans ces derniers mois, il y a une negligeance considerable c’est sûr. Il faut que les medecins changent. Une de mes amies a perdu son enfant à cause de la negligeance de certains medecins. Il est vrai que ce n’est pas tous les medecins mais cnest vraiment regrettable de voir un etre mourir à cause de celui qui devrait le proteger. Si ça continue comme ça il faudra les poursuivre

    1. Quand vous parlez de négligence vous voulez dire quoi? C’est vrai il est facile de juger l’autre, mais ne jugez pas si vous ne pouvez pas faire mieux qu’eux. Chaque garde malade qui fait appel à un médecin veut que celui-ci viennent immédiatement. Mais il oublie qu’il y a eu 10 qui sont venus avant lui et s’il y a des problèmes on va le blâmer comme quoi il est négligeant. Le médecin ne peut pas être omniprésent.

  5. Je suis pour qu’il y ait interpellation aux auteurs de telles erreurs:La négligence existe vraiment mais souvent, les patient(e)s aussi catalysent (exagèrent) les faits des fois par ignorance mais aussi par ingratitude!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.