article comment count is: 3

Voici comment j’ai parié mon mariage…

En l’espace de six ans, cinq enseignes ont investi le marché burundais des paris sportifs : Sports4Africa, Kings Sports Bet, Lotto Burundi, Hela Bet et Pesa Bet. L’engouement pour ces jeux du hasard a dépassé le stade de simple phénomène de société. Aujourd’hui, pour beaucoup de Burundais, le jeu est devenu une addiction. Un jeune parieur se raconte sous la plume d’un blogueur de Yaga.

Il est 20h passé de quelques minutes, la dernière réunion du comité de mariage continue. «La salle de réception a été réservée, la voiture des mariés aussi,  il ne reste que quelques invitations à envoyer», annonce un oncle, qui préside la réunion. Ma tête est ailleurs. Il se fait tard et le match de football a déjà commencé. Je ne connais pas encore le score. J’espère que mes paris ne vont pas perdre cette fois. Et cette réunion qui n’en finit pas. Les 50 000 fbu que j’ai pariés ce matin tournent en boucle dans ma tête. Les gens autour de cette table m’ennuient toujours à me dire ce que je dois faire pour que mon mariage soit un événement inoubliable. J’ai tellement hâte qu’on en finisse, pour aller vérifier le score final.

Enfin, 30 minutes plus tard, la réunion se termine. Je me rends vers le parking des bus, toutes mes pensées dirigées vers le match et à mes paris. Bien installé dans le bus, je parcours le net pour regarder sur les différents sites de foot comment s’est terminé le match. La chance est avec moi aujourd’hui, mes paris ne m’ont pas déçu. Je viens de gagner 100 000 francs, donc le double du montant misé.

C’est alors qu’une idée me passe par la tête. Et si je tentais le tout pour le tout? Je vais parier la plus grande somme possible que je peux avoir et gagner encore le double. Mais, la seule grande somme se trouvant à ma disposition est celle de mon mariage…

Le saut décisif

Il est 5h45 du matin, je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Je ne faisais que me demander si j’avais le cran de prendre ce risque de jouer pile ou face les cérémonies de mon mariage! Pendant toute la journée, je ne fais que peser le pour et le contre. Si je gagne, je deviens riche comme Crésus! À part que je couvrirai aisément toutes les dépenses du mariage, je pourrais aussi m’acheter la T.I de mon voisin, toujours en vente. Mais… Et si ça foire? Que vais-je dire à ma famille et ma fiancée? Et au  comité alors? Bon… M’en fous! Je prends le risque!

Pour  me rassurer, je vais dire à mes «collègues» de paris de m’accompagner et m’aider à parier sur les bons matchs et sur les bonnes équipes.

Le jour J, mes compagnons de jeu sont à l’heure au point de rencontre. Nous nous dirigeons vers les affiches où sont postés les matchs de la journée. Nous prenons tout notre temps pour décider car l’enjeu est de taille.

Nous regardons la liste des joueurs qui vont être déployés sur le terrain, nous vérifions si les principaux attaquants sont présents, nous évaluons tous les enjeux du match…bref on vérifie tout. Et cela prend au moins deux heures de temps, mais ça vaut la peine pour le montant de cinq millions qui va être mis en jeu. Après mûres réflexions et minutieuses analyses, nous nous mettons d’accord. Nous parions les cinq millions sur un seul match.

Il est midi et demi, je rentre chez moi le cœur lourd me demandant si je n’ai pas commis une grosse bêtise. Mais ce qui est fait est fait. Après avoir fini mon déjeuner, je vais me reposer pour attendre les matchs du soir.

Le soir venu, mon cœur bat la chamade. Le match a commencé, mon équipe a déjà marqué deux buts, mais rien n’est encore joué. Et en effet, dans la deuxième période, la chance tourne. L’équipe adverse marque son premier but. Mon cœur commence à chavirer, je regarde la petite minuterie en haut à gauche dans le téléviseur, il reste encore 23 minutes de jeu. C’est long 23 minutes, très long. Tout peut se passer en 23 minutes. Et le drame arrive plus vite que je ne l’attendais. L’équipe adverse fait sa remontada et marque deux autres buts en l’espace de 10 minutes. Les minutes s’égrènent plus rapidement maintenant. Je n’ai plus d’espoir, j’entends le battement de mon cœur dans les oreilles, mes mains sont devenues moites et ma respiration est saccadée. Ma tête est vide.

Le sifflet final m’achève. 3 buts contre 2 de mon équipe. Mon addiction vient de me perdre. 5 millions viennent de partir en quatre-vingt-dix minutes! Mais à quoi je pensais? Oui, je pensais doubler mon gain comme la dernière fois. Mais pourquoi n’ai-je pas pensé que je pourrais perdre? Que vais-je dire aux parents, à la famille, aux amis et, plus difficile encore, à ma future épouse? Je suis foutu.

 

*ceci est une histoire vraie

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Ces jeux du hassard sont une vraie addiction et un vrai problème..faut même pas essayer une fois même pour se marrer ou blaguer entre potes..si tu gagne tu attrapes la maladie et si tu perd,tu attrapes également cette maladie…faite attention!!!
    C’est pour cela que c’est HARAM dans la religion musulmane(illicite).

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.