article comment count is: 0

Lettre à une jeune enseignante burundaise

Parce que le métier d’enseignant n’est pas qu’une occupation, c’est une vocation.

Chère Anne, j’espère que tu trouveras le temps de lire cette petite missive, la relire et même méditer un tout petit peu.

Je prends ce temps grâce à (ou à cause de) une scène qui vient de se produire et qui m’a laissée pensive pour un moment. Pour la petite histoire, nous étions dans une rencontre de prière. Le responsable nous demande de faire une brève présentation car il y avait des visages nouveaux.

Un jeune homme au visage rond, grands yeux et peau un peu claire se lève, nous révèle son nom, sourire aux lèvres, suivi d’une phrase un peu confuse : « Je dirai que je suis chômeur mais j’ai une petite occupation qui m’aide à survivre » . Curieuse et un peu perdue, je meurs d’envie de savoir ce qu’est c’est que ce petit job. Peut-être cela pourrait servir d’exemples aux dizaines de jeunes de mon groupe de prière qui croupissent dans le chômage. Mille et une questions tournent dans ma tête, je me dessine l’image d’un licencié qui fait des beignets et les distribue aux boutiquiers du quartier pour payer son loyer. Je me fais beaucoup d’hypothèses mais je n’ose pas lever le petit doigt.  Une douce voix s’élève et pose la question qu’on avait tous voulu poser sans toutefois avoir cette audace. La réponse : « Muri uno mwanya ndi umwigisha » (Pour le moment, je suis enseignant).

Après avoir entendu sa réponse, j’ai directement pensé à toi. Anne, tu sais que tu es une amie d’enfance. Tu n’avais jamais pensé à être un professeur surtout dans un coin reculé comme tu l’es aujourd’hui.

Chère amie, tu t’es engagée à faire un métier noble, un métier « respectable » mais qui ne l’est plus. Tu te souviens de ce bruit sur les réseaux sociaux quand un décret présidentiel nommait un professeur de lycée comme ministre de la communication ? Comme si c’était une aberration.

Un jeune te révélera qu’il est enseignant, avec gêne et un mépris à peine dissimulé de sa fonction, en utilisant des formules dégradantes comme « Kurya ingwa » (manger les craies), « Kwayagura » (crier). Certes, la société vous dénigre, mais c’est aussi votre responsabilité de contribuer à son édification.

La fleur au fusil

Anne, être enseignant n’est pas seulement un métier mais une vocation. Désormais, tu as la difficile responsabilité d’éduquer pour la nation. La dernière fois qu’on s’est rencontrés, tu ne comprenais pas comment la vie pouvait t’être injuste, c’était dur pour toi de prendre un bus vers un endroit inconnu et devenir qu’une pauvre professeur dans un coin où tu seras obligée de marcher pendant une heure pour voir une route goudronnée et n’avoir en retour qu’une somme minable.

La vie est dure pour vous, j’en conviens (et d’ailleurs ne l’est-elle pas pour nous tous) mais souviens-toi toujours que vous (les enseignants) êtes ceux qui ouvrent les portes vers un monde meilleur. Être un enseignant n’est pas juste gagner les quelques dizaines de billets  comme salaire. C’est aussi inspirer les élèves par son comportement, leur donner un nouvel espoir. C’est libérer le potentiel de l’enfant, lui offrir de nouvelles perspectives. Cela ne se fait pas sans dévouement, sans volonté.

Comme une mère qui laisse le bébé dans les mains d’une inconnue(les nounous) par confiance, les parents de ces jeunes enfants ont placé la leur en vous. Anne, cette confiance, tu dois la mériter.

Comme tu le sais déjà, les enseignants sont les seuls qui guident les élèves et les encouragent à cultiver les valeurs fondamentales de la vie. Ainsi il n’y aura pas de paix, de tolérance, de respect et de la compréhension dans le pays sans votre apport.

Avant de clore, laisse-moi te rappeler chère amie de viser l’excellence dans tout ce que tu fais. Nos ancêtres le disaient bien dans l’adage, « Nta mwuga udakiza atari uwo kwica ». Ainsi ma chère, je pense que tu ne choisiras pas de « tuer », car sache qu’un enseignant qui n’est pas dévoué à son travail est propice à  « tuer » toute une génération.

 


A relire : Les enseignants burundais, une espèce menacée ?

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.