article comment count is: 2

Bujumbura sous une vague de chaleur qui devrait nous interpeller

Alors que l’organisation météorologique mondiale avait déclaré 2018 comme l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées, c’est au tour de Bujumbura après la canicule d’Europe. Bujumbura, qui normalement affiche 24.0°C de température en moyenne sur toute l’année, vit ces jours-ci des températures inédites et la vague de chaleur étouffe la capitale.

Nous sommes le dimanche 30 septembre à 14 h. Bujumbura est en ébullition : il fait chaud comme en enfer. En passant devant l’hôtel Downtown qui distribue habituellement de l’eau fraîche aux passants, la longue chaîne de gens attire mon attention. Ils se succèdent comme pour une communion à l’église. J’achète une bouteille de Kinju fraîche, et en la sirotant tranquillement, je prends mon smartphone pour voir la météo du moment. Quoi ? Ce n’est pas possible, il fait 32°C. Et dans les prévisions météorologiques de demain, 33 °C dans l’après-midi de lundi 1er octobre et 34°C dans l’après-midi de mardi.

Est-ce normal ?

La capitale Bujumbura, située le long des rives du lac, a un climat tropical. Il fait chaud toute l’année étant donné que les températures moyennes sont de 24 °C, avec une maximale autour de 29 °C presque toute l’année, bien qu’elles atteignent 30,4 °C à 31,3 °C de la mi-août à octobre. Mais aujourd’hui, on touche le plafond avec 32°C, 33°C voire 34°C. Ne serait-ce pas le réchauffement climatique dont nous entendons souvent parler ?

Voici la courbe de température habituelle de Bujumbura

Que faire ?

Selon Jadot Nkurunziza, un jeune activiste dévoué à la protection de l’environnement, comme première mesure, il nous faut un Burundi vert. Pour lui, cela signifie qu’on doit planter des arbres et des fleurs dans tout espace non occupé par une maison, le long des boulevards, le long des routes et des avenues. « Tout le monde devrait comprendre qu’en plantant un arbre, ils contribuent à la sauvegarde de la vie et à réduire les émissions du CO2 », Lance-t-il. Quant au gouvernement, Jadot interpelle de faire de l’écologie une priorité en prenant des mesures radicales et innovatrices de protection de l’environnement.

Devant cette vague de chaleur, Dr Ndayikunda conseille aux Bujumburois de bien se réhydrater en buvant de l’eau, et de minimiser leur exposition au soleil surtout dans les heures de l’après-midi.

 


A relire : Environnement : allons-nous attendre que le lac Tanganyika vire au rouge ?

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Ce sont les effets du changement climatiques. Le ministère ayant l’environnement dans ses attributions devraient mobiliser tous les partenaires (techniques, financiers, public et sociaux) pour lutter efficacement contre les effets du changement climatiques.
    La population devrait être sensibilisée sur les mécanismes d’adaptation à ce genre de phénomène.