article comment count is: 0

#YagaDécodeur : d’où vient le terme « Uburundi » ?

La plupart des Burundais ne connaissent pas le sens du nom que porte leur pays. Cependant, des initiatives de recherche pour expliquer l’étymologie du terme «Uburundi» existent. Petit tour d’horizon.

D’après Gertrude Kazoviyo, professeure au département des langues et littératures africaines de l’Université du Burundi, «Uburundi» signifierait étymologiquement le regroupement de petits royaumes.     

Le terme «Uburundi» est le dérivé du verbe rundi, «kurunda» qui veut dire «regrouper, rassembler». Ainsi, il en découle que la création du royaume du Burundi a été possible à la suite du rassemblement des petits royaumes. C’est ce que cette universitaire appelle «Uburundo bw’ingoma».    

Mme Kazoviyo indique que sous le roi Ntare Rushatsi Cambarantama, celui que l’Histoire retient comme fondateur de ce royaume, vers le milieu du 17ème siècle, le Burundi ne se limitait qu’aux provinces actuelles de Muramvya, de Gitega, de Ngozi et une partie de Rutana. «Il y avait des chefs qui gouvernaient ces régions dont Nyaburunga, retenue par les traditions orales», fait-elle savoir.

Les écrits sur l’Histoire du Burundi au sujet de la naissance du royaume du Burundi ne s’écartent pas de cette version : «Le Burundi de Ntare Rushatsi se limitait à la région centrale du pays, c’est-à-dire dans les régions traditionnelles de Mugamba, Kirimiro, Bututsi et le Nkoma».  

Ce monarque, poursuit la professeure, aurait soumis à son arrivée les chefs de ces petits royaumes, alors roitelets dans leurs régions respectives. Par la suite, il les a rassemblées et unifiées pour en faire une entité. Ainsi, le Burundi venait de naître.  

Unité des familles…  

Contrairement à la professeure Kazoviyo qui garde une marge d’incertitude quant à la véracité de son hypothèse, son collègue Denis Bukuru semble la privilégier : «Le terme Uburundi dont l’étymologie qui signifie « rassemblement », veut non seulement dire « rassemblement des régions » (uburundi bw’ibihugu), mais également « rassemblement des familles et des clans » (uburundi bw’imiryango) ». Ainsi, « Uburundi », ce n’est pas seulement le pays géographique, c’est aussi le peuple.

Un autre linguiste enseignant à l’Université du Burundi au même département que les deux premiers, n’est pas de leur avis.  Laconiquement, il indique que le terme «Uburundi» a un sens «opaque». Ainsi, il est difficile de retrouver son sens premier avec exactitude.

Il suggère que les différentes propositions émises soient soumises à une critique scientifique. «Les noms des pays ont soit le sens identifiable soit le sens opaque et c’est le cas notamment pour le Burundi». Pour cet universitaire, «Uburundi» a fini par devenir une «étiquette» ou un «label» qui symbolise une entité géographique.

Certes, le Burundi est un pays dont la tradition est orale. Pour ce, il est difficile de connaître le sens premier avec exactitude du mot «Uburundi». Cela d’autant plus qu’il n’y avait pas de «griots», chargés particulièrement de garder et de transmettre la tradition comme il en existe dans certains pays de l’Afrique de l’ouest.

Cependant, les linguistes et les historiens devraient mener ensemble des recherches. La contribution de chacune de leurs disciplines permettra d’aboutir à une signification plus ou moins acceptable et c’est celle-là qu’il faudra vulgariser dans tout le pays.    

 


A relire : #YagaDécodeur : « Vyabimaramare », « Iyo mporona », « Bacemwo », de la chanson au discours de haine

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.