article comment count is: 1

Le tuk-tuk-hélico : une idée pas aussi farfelue que ça

Vous avez été nombreux à vous s’esclaffer en voyant cet engin bizarre, mi tuk-tuk, mi-hélico, se promener dans les rues de Bujumbura. Mais connaissez-vous l’objectif qui se cache derrière?

Il est samedi vers 14h, je passe au quartier asiatique pour déposer un ami. En bas de la mosquée Malkhaz, une foule de gens crie, certains éclatent de rire et d’autres ont l’air estomaqué. Beaucoup sortent leurs smartphones pour prendre des photos qui deviendront, quelques temps après, virales sur les réseaux sociaux.

Très curieux,  je me dirige lentement vers eux pour voir ce qu’ils regardent et qui met ainsi tout le monde en émoi. Quand j’y arrive, ma première réaction est aussi de sortir mon téléphone pour photographier cette moto à trois roues dont la carrosserie lui donne l’aspect d’un petit hélicoptère.

Un buzz pas comme les autres

Son concepteur n’est nul autre que Shakir Somji, propriétaire et directeur du garage 786  Services. Ce Burundais, amoureux des courses automobiles, s’est donné comme défi de créer des nouveautés dans le domaine de l’automobile au Burundi.  « L’idée de construire un tel appareil m’est venue quand j’ai réalisé que pas mal de gens aimeraient célébrer leur mariage en avion mais que faute de moyens ils ne le font pas. J’ai donc conçu un semblant d’avion qui permettra de célébrer les noces de façon inhabituelle », témoigne le mécano avant de préciser : « C’est un engin disposant de trois places, une pour le pilote et deux autres pour les mariés. Un petit écran pour agrémenter les cérémonies avec de la bonne musique, un climatiseur pour le confort des mariés, une porte et le bruit du moteur qui s’apparentent à ceux  d’un avion. Et en bonus, deux motos sont offertes pour la sécurité et le cortège.»

Eh oui, l’idée paraissait à la base drôle et farfelue. Mais, après avoir compris que l’engin a été conçu pour être loué 500 000 fbu par jour et que des personnes ont commencé à exprimer leur intérêt, on ne peut qu’admettre finalement que le concept est innovant et mérite nos encouragements.

 


A relire : Transport en commun à Bujumbura : « Marre de nos bus zombies »

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)