Diane Kaneza - Portrait
article comment count is: 0

Diane Kaneza : «Les femmes burundaises doivent apprendre à raconter leurs histoires »

Depuis quelques années, le cinéma burundais subit des transformations profondes. Avec la création du Festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi (FESTICAB), nous avons vu émerger des femmes burundaises qui s’intéressent au 7eme art et qui font tout pour développer le cinéma burundais. Parmi elles, se trouve Diane Kaneza, réalisatrice et productrice.

Diane Kaneza commence sa route vers le 7ème art à la télévision nationale (RTNB) en 2006 en tant que réalisatrice et animatrice TV des magazines  « Événement culturel de la semaine », « Bonne réponse »  et « Notre Terre, Notre Héritage ». Par après sa passion pour l’audiovisuel grandit grâce à une collègue férue de cinéma. En parallèle à son travail à la RTNB, elle allie des stages de formation d’aide à l’écriture de scenario, production d’un magazine culturel, etc.

En janvier 2012, après avoir quitté la RTNB, la jeune femme de 35 ans cofonde avec des amis la société « MIKADIE Production ». Elle réalise des films institutionnels pour les ONG  internationales et nationales.

En 2013, Diane Kaneza se fait remarquer pour sa passion du 7ème art et est nommée « Chargée de la programmation » au sein du FESTICAB. Poste qu’elle occupe jusqu’à ce jour.

Avec comme ambition d’apprendre toujours plus, elle a intégré l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal et est sortie avec un diplôme de master 2 en « réalisation documentaire de création ».

« Mon identité » qui est l’un des films de création qu’elle a déjà réalisés vient d’avoir un prix YAFMA(Young African Film makers Awards) à Africa Film festival 2018. Elle travaille actuellement comme consultante en audiovisuel à l’Université Lumière de Bujumbura, faculté des Sciences de la communication.

Dans un entretien qu’elle nous a accordé, elle nous raconte sa passion et les défis rencontrés en rapport avec l’incompréhension des personnes et le manque d’école de cinéma. Elle n’a pas hésité à encourager les jeunes et les femmes burundaises en particulier qui rêvent d’embrasser la carrière cinématographique.

Elle s’exprime ici en vidéo…

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.