Femme enceinte
article comment count is: 0

Santé : est-il nécessaire de souffrir pour donner la vie ?

Le 11 mai 2018, l’hôpital KIRA annonce la nouvelle. Ce qui se faisait sous d’autres cieux devient réalité au Burundi. La péridurale, cette technique qui supprime la douleur lors d’un accouchement naturel, n’est plus un mythe à Bujumbura. Qu’en pensent les Burundaises et les médecins?

Par un bel après-midi, j’accompagne une amie enceinte pour son échographie. Destination ? La clinique Saint Joseph, en plein centre-ville de Bujumbura. Le gynécologue tarde à venir. Ici et là en salle d’attente, des femmes enceintes  discutent en petits groupes. Tout d’un coup, une jeune femme se lève et demande s’il y a quelque chose à faire pour supporter la douleur de l’accouchement. Probablement sa première grossesse. Une dame programmée pour accoucher à KIRA Hospital glisse l’idée dans la salle: la péridurale! Un sujet presque étranger aux autres femmes vu l’interrogation qui se lit sur les visages. L’infirmière de la clinique intervient : « C’est  une technique d’anesthésie, qui supprime la douleur liée aux contractions utérines lors de l’accouchement par voie naturelle ».  

Pour ou contre ?

Ce n’est un secret pour personne, l’accouchement, ça fait mal. Avec la péridurale, les avis divergent. Inès (pseudo), se rappelant de son dernier accouchement, s’exclame : « Ouf, il était temps ! J’accoucherai sous péridurale ». Jeanine, conservatrice, l’interrompt : « Avec la douleur, on sent vraiment la naissance de son bébé et c’est cela qui augmente l’amour d’une mère à son enfant. Sans cette douleur, on n’hésitera pas à comparer l’événement à une extraction dentaire ».  Josiane (pseudo), probablement une féministe, y voit une émancipation de la femme. Elle raconte : « Grâce à elle, il faut jubiler car on conjurera cette malédiction divine, ″Tu enfanteras dans la douleur″ (Genèse 3-16) , en nous réappropriant notre corps ». Là, des femmes visiblement très sensibles à la religion, se révoltent. « Cette technique qui défie Dieu, est contre la nature divine, je m’y oppose », dira Angèle.

L’avis médical

Pendant la grossesse, on se pose tout un tas de questions. Les femmes se demandent si elles vont supporter la douleur et ce qui les attend lors de l’accouchement. Pour le docteur Innocent Ndikumana, la péridurale est un facteur de confort de la femme en travail. « Elle permettra un accouchement fabuleux, sans l’épuisement causé par la douleur, dans le calme et la sérénité », soutient-il. Un avis qu’il ne partage pas avec le docteur Claude Bucumi : « Avec la péridurale, le travail peut durer plus longtemps car la respiration de la future maman devient moins efficace, l’envie spontanée de pousser diminue et certaines mamans sont déçues car elles ont l’impression de ne pas avoir senti leur bébé naître».

Malgré leurs divergences, les deux médecins s’accordent sur une chose :  « On peut comprendre que les femmes souhaitent accoucher sans douleur, mais la décision leur revient personnellement ».

Quant à moi, mon avis est tout simple : qui voudrait donc accoucher naturellement ou demander une césarienne sans indication médicale alors que la péridurale est là ?

 


A relire : Grossesses précoces, échec parental ou gouvernemental ?

Partagez-nous votre opinion