article comment count is: 0

Mairie de Bujumbura : où vont les sommes colossales de l’impôt foncier ?

Depuis 2017, l’impôt foncier collecté au niveau de la mairie de Bujumbura ne cesse de s’accroître. Presque deux milliards pour l’année 2017. « Où va tout cet argent ? », s’interroge le blogueur Patrick Nimpagaritse, qui a approché le personnel de la mairie.

Pour les employés de la mairie, cette augmentation  serait due au changement du mode de paiement et/ou de perception de cet impôt tel que le veut la nouvelle loi portant réforme de la fiscalité communale signée le 03 mars 2016. En effet, à la suite de cette loi, il appartient au propriétaire d’une parcelle ou d’une maison de déclarer cet impôt au plus tard le 31 mars sous peine de pénalités en cas de retard (ça s’appelle le régime déclaratif) alors qu’avant, c’était à la mairie d’aller à la rencontre de ces propriétaires pour prélever cet impôt.

De cette augmentation de l‘impôt foncier, les chiffres parlent d’eux-mêmes. À titre illustratif, en 2016, avant l’application  de cette nouvelle loi, cet impôt s’élevait à 132.860.643, un montant peu consistant, du moins si on le compare à celui collecté en 2017, qui s’élève à 1.866.332.578. Oui, vous avez bien lu, 1 milliard huit cent soixante-dix millions trois cent trente-deux mille cinq cent soixante-dix-huit. Toute une différence avec le montant collecté en 2016.  

À voir combien cet impôt foncier va crescendo, on ne peut pas s’empêcher de penser à quoi va servir le montant qui en est issu.

Justement, il va où cet argent ?

C’est le genre de question qui ne trouve pas spontanément de réponse lorsqu’on s’adresse au personnel de la mairie. L’un des responsables du service comptabilité des impôts me dira avec un ton agacé : « Wa mugabo we (Monsieur), contente-toi de savoir le montant de l’impôt foncier après l’instauration de la nouvelle loi sur la fiscalité et apprécie toi-même les performances par rapport aux années antérieures. Mais,  ce que l’on fait des fonds collectés, tu ne le sauras pas facilement. Ce qui est sûr, actuellement, suite aux performances fiscales de la mairie, beaucoup de projets sont en cours ».

Des projets de la mairie en cours. C’est ce qu’avance  aussi le responsable de la régie des impôts. Selon lui, l’augmentation du montant issu de l’impôt foncier peut expliquer en partie l’accélération des travaux de la construction de l’hôtel de ville  longtemps au point mort. « Faites-y un tour pour le constater par vous-même », glisse-t-il, non sans fierté.

Mais ces projets dans le flou n’expliquent pas clairement où vont toutes ces recettes, alors que le contribuable a le droit de savoir ce qui est fait de son argent.

 


A relire : Les fonctionnaires publics font-ils vraiment leur travail ?

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.