article comment count is: 1

Montrons à Marie-Louise Sibazuri « ko umubanyi ari we muryango »

La communication, poignante, circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. L’immense dramaturge et romancière burundaise Marie-Louise Sibazuri court droit à la cécité si elle n’arrive pas à réunir en moins de deux mois 6000 euros pour se faire soigner. Une nouvelle dévastatrice pour elle-même d’abord, mais aussi pour les millions de Burundais qui ont grandi avec son feuilleton radiophonique intitulé « Umubanyi niwe muryango » (le voisin c’est lui notre famille), un titre qui n’a jamais été aussi pertinent. L’appel est lancé par la blogueuse Inès Ininahazwe.

Qui ne connaît pas Marie Louise Sibazuri ? Moi j’ai grandi avec elle, je ne pourrais même pas compter les soirées que j’ai passées avec elle. En 1997, quand j’ai fait sa rencontre, j’étais encore trop petite pour saisir toute la profondeur des messages qu’elle communiquait. C’était une de ces soirées où nos parents rentraient tôt de peur de tomber dans une embuscade des rebelles et allumaient l’unique radio familiale posée sur un piédestal au milieu de la pièce comme un trophée. À 20h pile, le jingle du feuilleton résonnait et un silence sacré s’installait. Ce jour-là, j’ai essayé de suivre ce « théâtre » pour comprendre pourquoi tout le monde écoutait religieusement ces 30 minutes de dialogues. À partir de ce jour, j’y suis devenue accro.

Quand j’ai grandi et que j’ai commencé à fréquenter ceux qu’on nous disait être les « méchants », j’appris qu’eux-mêmes, dans les tentes froides des camps de réfugiés de l’intérieur du pays, ils écoutaient aussi Marie-Louise tenter de recoudre un tissu social en mille morceaux grâce à ses talentueux acteurs qui donnaient vie à ses écrits. Elle essayait  d’inculquer à toute une nation des valeurs que cette dernière semblait avoir oubliées : l’amour, le pardon, l’entraide, l’empathie, la réconciliation.

Son feuilleton s’est arrêté en 2010 mais récemment, j’ai eu la chance de retrouver l’extraordinaire conteuse qu’elle a toujours été pour moi dans son roman « Les Seins Nus », un ouvrage qui  m’a amenée à réfléchir beaucoup plus sur l’histoire de mon pays.

Dans nos moments les plus sombres, Marie-Louise a été là pour nous, nous faisant rire, rêver, pleurer, nous apprenant à nous aimer, à nous accepter mutuellement.  Même aujourd’hui, ce n’est pas elle qui a le plus besoin de nous, c’est nous qui avons besoin qu’elle continue à conter ses histoires merveilleuses qui sont les nôtres. Et pour cela, son grand outil de travail, ses yeux, doivent être aussi éveillés qu’ils l’ont toujours été. Si MLS entre dans l’obscurité, ce sont des centaines  d’histoires burundaises qui ne seront jamais contées.

Alors je vous en conjure, contribuons à rendre à Marie-Louise sa vision, pour elle, pour nous, pour la postérité.
#StandUpforSibazuri #DesYeuxPourMLS

Si voulez faire un don, voici son numéro de compte dans la banque  ING : BE83 340-1823189-15. BIC : BRUBEBB

Son  adresse est Marie-Louise SIBAZURI, Rue Maurice Charlent, 21160 Auderghem (Bruxelles) BELGIQUE. Son téléphone est le +32 466 23 12 00 tandis que son e-mail est [email protected] .

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.