article comment count is: 0

Fausses fesses, faux ongles à Buja : la beauté à tout prix

Le port de faux fessiers fait fureur à Bujumbura depuis quelque temps. Ce n’est pas le seul artifice  que les Burundaises affectionnent : faux ongles et plus généralement chevelure artificielle y sont légion. La blogueuse Bella Lucia Nininahazwe a approché les usagères pour comprendre leurs motivations.

Il est 17h passé, au centre-ville de Bujumbura. Il n’y a pas assez de bus, et peu à peu, une file d’attente se forme. Une jeune fille  en robe blanche, escarpins et un petit sac à main passe au parking vers la direction sud. Je ne m’empêche pas d’admirer la belle créature, façon aussi de tuer le temps en attendant le bus! Plus elle approche, plus quelque chose que je ne parviens pas à cerner m’intrigue, des distensions inhabituelles …Perdue dans mes équations (pour savoir ce que c’est), une maman derrière moi brise le silence et lance : « Ntavyo igisirimu kitazotuzanira » (Avec la modernité, on en verra de toutes les couleurs, Ndlr).  Des cris, des rires, des commentaires cocasses …, une fausse fesse mal ajustée vient de créer le buzz !

Un phénomène à la mode

De taille élancée, formes généreuses bien reparties, des grands yeux, et des sourcils bien dessinés,  difficile de deviner qu’Annie porte des fake fesses…pour être plus coquette. Tout serait parti d’une insatisfaction  qui s’est vite transformée en routine. « Je me sentais jamais belle, j’avais un petit derrière dont je n’étais pas fière. Même en mettant une jolie robe, je ne me sentais jamais charmante. »

Dans la même veine, Ariella, la vingtaine, se confie sur ses faux ongles. « Je les mets depuis deux ans, et comme tu le vois, c’est plus esthétique et chic ». Ayant des ongles mous qui se cassent facilement, cette jeune citadine a pour la première fois mis des faux ongles pour son diplôme et depuis lors, difficile de s’en passer.

Comme Ariella, de nombreuses citadines ont du mal à s’en priver. Insatisfaites par leurs ongles naturels abimés, ou attirées par la beauté luisante des faux, elles prennent le risque de les mettre à chaque fois qu’elles ont une occasion /invitation un peu spéciale.

Et les conséquences ?

Si les fausses fesses présentent moins de risques sanitaires que les autres produits [injectables] faits pour bomber carrément le derrière comme le cube Maggi, les conséquences ne manquent pas surtout sur le plan psychologique. Comme nous le confie une usagère, la porteuse des fausses fesses se met en situation de stress surtout quand quelqu’un l’approche. Elle craint que ce dernier la touche.

Quant aux faux ongles, les effets  sur la santé ne manquent pas comme le signale le dermatologue Dr Élie Mupera : «  La colle utilisée pour accoupler les ongles naturels aux artificiels peut provoquer des irritations. Au fur du temps, l’usagère sent  des démangeaisons qui la poussent à se gratter. Ces dernières peuvent provoquer des lésions cutanées qui peuvent être source de pénétration des microbes. Ce qui occasionne les infections bactériennes ». Ce docteur signale que des graves conséquences peuvent en résulter, comme l’érysipèle.

La pause des faux ongles peut aussi provoquer la prolifération des champignons dans les zones d’accolement selon toujours le spécialiste : « Une mycose se développe et abime les ongles naturels, ce qui est très préjudiciable».

Ce dermatologue appelle aussi les institutions sanitaires et administratives à surveiller les produits utilisés dans les maisons et magasins de beauté : « Certains de leurs produits ne sont pas appropriés, d’autres sont déjà expirés ». Il appelle aussi les usagères des faux ongles à consulter les structures sanitaires au moindre signe d’un effet secondaire, avant qu’il ne soit trop tard.

 


A relire : « Miss Burundi », la beauté avant tout!

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.